Titre obligatoire

Emissions à venir

déc
12
mer
2018
09:00 WAPI JOB
WAPI JOB
déc 12 @ 09:00
WAPI JOB
WAPI JOB, c’est une émission où on retrouve et vous présente des indépendants, des entreprises de la Wallonie Picarde mais aussi de nos voisins du 59 en France, région liée de part la frontière commune.[...]
10:00 Voyance + Fabienne et Patrick J...
Voyance + Fabienne et Patrick J...
déc 12 @ 10:00
Voyance +  Fabienne et Patrick James Wallace
Voyance + – Mercredi de 10h à 12h00 Le mercredi de 10h à 12h avec Fabienne médium et Patrick James Wallace Voyance et/ou transcommunication gratuite ! Vos être chers qui sont passés de l’autre côté[...]
12:00 RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
déc 12 @ 12:00
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
  Depuis ce 3 janvier en partenariat avec RFI voici le journal international.

View Calendar

Phase 3 pour traiter le cancer avancé de la prostate

Foresee Pharmaceuticals Co., Ltd.:Foresee Pharmaceuticals annonce que le dernier patient a passé sa visite dans le cadre de l’étude de phase 3, avec 25 mg de LMIS (fp-001), pour traiter le cancer avancé de la prostate

TAIPEI, Taïwan, 26 novembre 2018 /PRNewswire/ — Foresee Pharmaceuticals Co., Ltd. (6576.TWO), a annoncé aujourd’hui que tous les patients ont finalisé l’essai multicentrique, multinational, de phase 3, du FP-001/LMIS (suspension injectable de leuprolide mésylate) de 25 mg, une formulation sous-cutanée de trois mois, prête à l’emploi, pour traiter le cancer avancé de la prostate.
L’étude ouverte, sur un groupe unique, a porté sur un total de 144 patients atteints du cancer de la prostate sur 21 sites aux États-Unis, en Corée du Sud et en Europe. Chaque patient a reçu deux injections de suite de 25 mg de LMIS, la durée totale du traitement étant de six mois. Les premiers résultats de cette étude sont attendus pour le premier trimestre de 2019.
« Nous sommes très heureux d’avoir mené à bien une autre étape essentielle du programme dans les délais prévus. Les premiers résultats de cette étude étant attendus pour le premier trimestre de 2019, nous préparons activement les présentations réglementaires de ce dépôt à libération sur trois mois, prêt à l’emploi, peu de temps après la soumission du dépôt à libération sur six mois du LMIS de 50 mg, prêt à l’emploi, qui a achevé avec succès une étude de phase 3 en vue de son homologation », a déclaré le Dr Ben Chien, le président de Foresee. « Ensemble, ces deux produits LMIS constitueront une nouvelle génération, différenciée, de franchise d’uro-oncologie à base de leuprolide. »
Le Dr Ben Chien a ajouté que : « Le succès commercial du LMIS aidera à catalyser et à faire avancer nos programmes de développement NCE en phase de développement, dont le FP-025, un inhibiteur oral de MMP-12 hautement sélectif ciblant les maladies inflammatoires et fibreuses, actuellement en phase 2 de validation de principe et le FP-045, une petite molécule orale agoniste de l’ALDH2 (aldéhyde déshydrogénase 2) hautement sélective, pour lequel on prévoit actuellement une étude de phase 2 pour des maladies à médiation mitochondriale, telles que la maladie artérielle périphérique (MAP) et l’anémie de Fanconi. »
À propos de Foresee Pharmaceuticals Co., Ltd.
Foresee est une société biopharmaceutique basée à Taïwan et aux États-Unis, cotée à la bourse de Taipei. Les efforts déployés par Foresee en matière de R-D se concentrent sur deux domaines clés : sa plateforme unique de délivrance de dépôts de formulations injectables stabilisées (SIF), et de produits pharmaceutiques dérivés ciblant les marchés spécialisés, ainsi que ses programmes NCE transformateurs précliniques et cliniques de stade précoce, qui ciblent les domaines de maladies présentant d’importants besoins non satisfaits.
Le portefeuille de produits de Foresee comprend des programmes au stade de développement avancé et précoce, parmi lesquels : le FP-001, une version stable et prête à l’emploi de dépôt de mésylate de leuprolide pour injection, dont la version de dépôt à libération sur six mois a finalisé une étude mondiale de phase 3 en vue de son homologation, chez des patients atteints d’un cancer avancé de la prostate, les dépôts réglementaires étant prévus en 2019 et une version de dépôt à libération sur trois mois, dont la phase 3 s’est achevée en novembre 2018 ; le FP-025, un inhibiteur oral de MMP-12 hautement sélectif ciblant les maladies inflammatoires et fibreuses, actuellement en en phase 2 de validation de principe ; le FP-045, une petite molécule orale hautement sélective agoniste de l’ALDH2 (aldéhyde déshydrogénase 2), une enzyme mitochondriale, dont l’étude de phase 2 est en cours de planification (maladies à médiation mitochondriale, notamment la maladie artérielle périphérique et l’anémie de Fanconi) ; et le FP-004, une nouvelle formulation injectable sous-cutanée contre la douleur et pour soigner les troubles relatifs à l’usage d’opioïdes. Rendez-vous sur www.foreseepharma.com pour de plus amples informations.

L’IESPP Tournai se forme aux gestes qui sauvent…

Après le congé d’automne, les élèves de 7ème pédiatrie de l’IESPP Tournai ont suivi ces 6 et 8 novembre une formation Croix-Rouge en réanimation pédiatrique. Un bagage théorique et pratique qui leur permet d’appréhender les premiers gestes qui sauvent une vie.

 

iespp tournai

La formation encadrée par Dany Bouvry, formateur Croix-Rouge a été proposée en classe avec deux objectifs, celui de la réanimation et de la désobstruction du bébé jusqu’à un an.
Depuis plus de cinq ans, Mme Claire Mathieu, titulaire de 7ème pédiatrie, programme cette formation théorique et pratique à l’attention de ses élèves pour les préparer au mieux à leur avenir professionnel immédiat et à leur vie de famille. « Cette initiation de trois heures est très importante pour eux. Face à une situation de réanimation ou de désobstruction, les élèves pourront ainsi agir plus facilement et prodiguer les premiers soins de secours. De plus, ils recevront à l’issue de la formation une attestation de la Croix-Rouge qu’ils pourront valoriser dans leur CV. »

Dany Bouvry donne aux étudiants les premières instructions pour la réanimation d’un bébé : « Ce sont des gestes faciles à reproduire mais qu’il faut adapter en fonction de la taille de l’enfant. Si le nourrisson est inconscient, stimulez-le et vérifiez si il a une réaction. Si pas, posez-le sur une surface plane, vérifiez son ventre et écoutez sa respiration. Si les signes sont négatifs, commencez la réanimation avec 5 insufflations puis 15 compressions au niveau du thorax, 2 insufflations et 15 compressions jusqu’à l’arrivée des secours que vous aurez prévenu ou jusqu’à une réaction du bébé. Et n’oubliez pas de guider les secours à leur arrivée vers la victime.»
Chaque élève a pu mettre en pratique tant les gestes de la réanimation que ceux de la désobstruction en cas d’étranglement.

Ces premiers gestes, même s’ils n’apparaissent pas difficiles d’un premier abord, sont stressants pour les étudiants. Il faut oser les mettre en pratique pour pouvoir intervenir en cas de problèmes. Lorine Chantry, Evi Claes, Charlotte Maquet et Maxance Monart sont 4 des étudiants qui ont suivi cette formation, ils nous livrent leur ressenti : « L’expérience est assez stressante, mais très enrichissante et importante pour pouvoir sauver un nourrisson. Des questions se posent si nous étions confrontés à l’urgence : est-ce que l’enfant va bouger, dans quel état de stress vais-je être, est-ce que je n’aurai pas du suivre une formation plus complète ? Ces premières bases reçues aujourd’hui nous ont donné l’envie de transmettre ces gestes qui nous seront utiles pour notre métier plus tard. »

Le professeur Henri Joyeux sera à Tournai le 25 octobre

L’association Horizon Lumière, bien connue dans les Hauts de France, accueillera le Professeur Henri Joyeux le jeudi 25 octobre à 20h dans la Halle aux Draps de Tournai  pour organiser une conférence sur le thème « Manger mieux et meilleur », un outil de performance à tous les niveaux de votre être.

CONF_PR_JOYEUX-tournai

 

Le Professeur Henri Joyeux, né le 28 juin 1945 à Montpellier, est écrivain, conférencier, ancien professeur des universités, praticien hospitalier en cancérologie et en chirurgie digestive, également auteur de plusieurs livres. Le Professeur Joyeux répondra à beaucoup de vos questions et en suscitera bien plus. Il répondra même à ses détracteurs qui disent que tout va bien alors que maladies, stress, dépressions et suicides sont un problème majeur de santé publique.

 

Le prix d’entrée est de 15 euros

Réservation :

-aux Bastions : 069 23 33 44

-France billet

-Ticketmaster.com

-weezevent

3ème BALADE-SANTE de la Maison médicale le Gué à Tournai ( Blandain ) le 28 avril

3ème BALADE-SANTE de la Maison médicale le Gué

Samedi 28 avril de 13h à 19h

Cette année, la Maison médicale vous invite à redécouvrir les alentours de Blandain, un coin particulièrement agricole de l’entité tournaisienne !

le gué marche 2018

Programme de cette 3ème édition :

Rendez-vous à tous à 13h devant la Maison médicale le Gué (Rue St-Piat, 56 à Tournai).

Pour les marcheurs : départ en bus jusqu’au cimetière de Blandain et départ pour un circuit d’environ 5 km jusqu’au Fourcroix, avec des commentaires, anecdotes, petites infos historiques

Pour les cyclistes : départ de la Maison médicale pour une boucle d’environ 25 km en suivant les points-noeuds, vers les chemins de Halage, Ramegnies-Chin, Bailleul, Templeuve et Blandain.

L’arrivée pour tous est prévue vers 16h00-16h30 au 6, Hameau du Ruage à Blandain, pour un goûter familial et musical dans une ambiance guinguette : pâtisseries, café-thé à la menthe-cacao, micro ouvert, chansons, prestation musicale de Sandrine Questier, accordéonniste !

Détente, lien social et bons moments en famille seront donc au programme de cette balade organisée par les affiliés du groupe « Gué-ProjetS » et l’équipe de la Maison médicale. Et en plus, la météo s’annonce clémente, nous vous attendons donc nombreux !

Activité gratuite et ouverte à tous.

Infos/réservation souhaitée pour le 26 avril par sms au 0498/88 62 56.

maison médicale le gué tournai

Suivez notre page FB « Maison médicale le Gué » https://www.facebook.com/Maison-m%C3%A9dicale-le-Gu%C3%A9-1802763083349432/

Nouvelle enquête – 100 bûches de NANOËL ? ou quand nos bûches sont infestées de nanoparticules

A l’approche des fêtes de Noël, Agir pour l’environnement révèle la présence potentielle de nanoparticules dans plus de 100 desserts glacés.

A l’issue d’une enquête menée ces dernières semaines dans 10 enseignes, Agir pour l’environnement a identifié plus de 100 desserts glacés, essentiellement des buches de Noël, très susceptibles de contenir des nanoparticules : Carte d’Or, Lenôtre, Fauchon, Leclerc, Picard, Monoprix, Lidl, Auchan… Ces articles alimentaires contiennent en effet des colorants que l’on retrouve en général à l’échelle nanoparticulaire : le E171 (dioxyde de titane) qui permet de blanchir, d’opacifier ou de faire briller les préparations et le E172 (oxydes de fer), colorant rouge.

Plus de 350 produits alimentaires suspects ! - Cette nouvelle liste de produits porte le nombre de produits alimentaires suspects à plus de 350 (liste complète sur www.infonano.org) : bonbons, chewing-gums, mélanges d’épices, chocolats, biscuits… En somme, beaucoup de produits appréciés par les enfants ! Pour Magali Ringoot, coordinatrice des campagnes à Agir pour l’environnement, « Une fois encore, les nanoparticules s’invitent en secret à notre table ! Après Halloween et les bonbons, Pâques et les chocolats, c’est maintenant Noël et les bûches ! Ces substances dangereuses doivent être interdites et, au minimum, mentionnées sur l’étiquette, comme l’exige la loi ». 

Produits hors-la-loi ? – Il est quasiment certain que ces 100 bûches de Noël devraient porter la mention [nano] dans la liste des ingrédients. Les analyses indépendantes révèlent à chaque fois la présence de nanoparticules cachées, constat confirmé par les enquêtes de la Répression des Fraudes (DGCCRF), présentées lors de la réunion de l’ANSES « nanomatériaux & santé », le 14 décembre. Un an et demi après la démonstration des infractions, Agir pour l’environnement se réjouit du changement de ton de la DGCCRF qui semble enfin être déterminée à faire appliquer le Règlement européen INCO 1169/2011. Cette nouvelle communication doit maintenant se traduire par une mise en conformité immédiate de tous les étiquetages.

De plus, les Français sont en demande de plus de transparence. Dans un sondage IFOP/Agir pour l’environnement (octobre 2017), 86% des personnes interrogées déclarent ne pas se sentir suffisamment informées sur les usages et les risques des nanoparticules dans l’alimentation.

Les nanoparticules doivent être interdites dans l’alimentation – Les signaux d’alerte de la communauté scientifique se multiplient. Récemment, l’ANSES avait validé l’étude de l’INRA, montrant que l’ingestion de E171 favorise des lésions précancéreuses du colon chez les rats au bout de 3 mois seulement. L’agence recommande de limiter l’exposition au E171, de peser l’utilité des nanomatériaux dangereux et de classer les nanoparticules de dioxyde de titane comme substances dangereuses. Ces substances infiniment petites (un milliardième de mètre) peuvent plus aisément franchir les barrières physiologiques. Leurs effets toxiques sont de mieux en mieux documentés : dommages à l’ADN, perturbation du fonctionnement cellulaire, affaiblissement du système immunitaire…

Agir pour l’environnement en appelle aussi à la responsabilité des fabricants pour qu’ils cessent d’utiliser les additifs contenant des nanoparticules, faisant courir des risques inutiles et graves aux travailleurs, aux consommateurs et à l’environnement. Ces additifs peuvent être facilement retirés, comme le montre l’exemple des très nombreuses entreprises qui ont décidé, depuis un an, de se passer des additifs suspects : William Saurin, Lutti, Verquin, Carrefour, Sainte-Lucie, Thiriet…

Accédez au site www.infonano.org

Accédez à la liste des desserts glacés


Télécharger ce communiqué de presse en version PDF.

Le rapport 2016 de l’Institut Scientifique de Santé Publique viennent de sortir en Belgique

Le nombre de nouvelles contaminations au VIH continue à diminuer.

vih pied

Le rapport 2016 de l’Institut Scientifique de Santé publique « Epidémiologie du SIDA et de l’infection à VIH en Belgique » vient de sortir[1].  Il confirme la tendance à la baisse des nouveaux diagnostics de VIH en Belgique pour 2016. Ce résultat encourageant est le fruit des efforts intensifs d’information et de prévention menés ces dernières années. Des efforts qui doivent être poursuivis et renforcés, car la bataille contre le VIH n’est pas encore gagnée : de nouvelles infections continuent à être diagnostiquées chaque jour.

Rapport disponible sur https://www.wiv-isp.be/fr/coin-presse/la-baisse-des-nouveaux-diagnostics-de-vih-se-confirme-en-2016

 

Les dangers du micro-ondes et votre santé

123-keuken-microgolf-07-17.jpg

conseil Partie intégrante de nos cuisines, le micro-ondes fait encore l’objet d’interrogations sur d’éventuels effets nocifs liés aux rayonnements et aux modifications de la nourriture. Qu’en est-il réellement de ces risques ? Voici cinq questions – réponses.

1° – Les rayons du four à micro-ondes sont-ils nocifs pour la santé ?

Les micro-ondes sont des rayonnements électromagnétiques : en d’autres termes, des ondes d’énergie électrique et magnétique qui se déplacent dans l’espace. Elles sont de faible énergie et présentent trois caractéristiques qui permettent la cuisson de l’alimentation :

• elles sont réfléchies par le métal
• elles passent sans problème à travers le verre, le papier et le plastique
• elles pénètrent la nourriture jusqu’à 2 ou 3 cm de profondeur

Les micro-ondes provoquent une vibration des molécules d’eau dans la nourriture. Cette vibration transforme l’énergie électromagnétique en énergie thermique et cuit ainsi la nourriture.

Une longue exposition à fortes doses aux micro-ondes peut poser des problèmes de santé tels que la cataracte. Pour empêcher cela et satisfaire aux exigences légales, les fabricants ont fait en sorte qu’aucun rayonnement ne puisse s’échapper du four, notamment par la vitre de la porte. Et si celle-ci est ouverte, l’appareil s’arrête automatiquement.

Un appareil mal entretenu ou endommagé (par exemple une fissure dans le verre) peut être dangereux. Il faut donc le nettoyer régulièrement et éviter que la porte ne se ferme pas hermétiquement à cause de dépôts de saleté.

2° – Les nutriments sont-ils altérés par la cuisson aux micro-ondes ?

En cuisant des aliments au micro-ondes, on ne fait pas plus diminuer leur valeur nutritive qu’avec une cuisson traditionnelle. Bien au contraire.

Ainsi, la valeur nutritive des protéines végétales s’améliore. En outre, les vitamines (notamment C) et les minéraux sont mieux conservés parce que le temps de cuisson est plus rapide, la température relativement basse et car il ne faut pas ou pas beaucoup d’eau.

Des études montrent qu’au micro-ondes, les légumes perdent moins de fibres que quand ils sont cuits à la vapeur. Quand les nutriments des aliments se dégradent au micro-ondes, c’est parce qu’on les a cuits trop longtemps ou à température trop élevée.

3° – Des substances cancérigènes sont-elles produites lors de la cuisson au micro-ondes ?

Les changements chimiques qui se produisent lors de la cuisson (de manière générale) peuvent être nocifs, en particulier en cas de forte chaleur directe, de grillade, de friture…

Au micro-ondes, il n’y a pas de chaleur directe et la température ne s’élève pas à plus de 100 °C. Il y a donc moins de substances nocives produites. Et rien n’indique que des changements chimiques s’opèrent dans les aliments.

Et pour être très clair, la nourriture préparée dans le micro-ondes n’est pas contaminée par la radioactivité. Les micro-ondes n’ont rien à voir avec la radioactivité.

4° – Certains emballages peuvent-ils s’avérer dangereux ?

Tous les contenants ne sont pas adaptés au micro-ondes. Il existe certaines preuves que les produits chimiques présents dans un sachet en plastique peuvent pénétrer dans la nourriture pendant une cuisson au micro-ondes. Si l’emballage précise qu’il peut aller au micro-ondes, il est sans danger. Dans rien n’est indiqué, utilisez de préférence un récipient approprié.

Les récipients en verre ou en plastique spécial (dur) peuvent être utilisés en toute sécurité. Le métal n’est pas autorisé car il peut agit comme bouclier, renvoyant les ondes vers les parois du four avec un risque d’étincelles. Faites attention aux récipients qui contiennent du métal ou des dorures. Sauf si le fabricant l’autorise, il est préférable de mettre les aliments contenus dans de l’aluminium dans un autre récipient.

Si vous mettez des récipients hermétiquement fermés au micro-ondes, ils risquent d’exploser à cause de la vapeur. Trouez-les pour la laisser s’échapper ou trouvez un autre moyen pour qu’elle puisse s’évacuer.

5° – Les bactéries sont-elles détruites ?

Au micro-ondes, la nourriture cuit à une température moyenne relativement basse (par rapport à d’autres modes de cuisson), sachant en plus que l’énergie est inégalement répartie.

En fonction de la répartition des ondes dans le four, du type de nourriture et de la taille des portions, les produits alimentaires ne chauffent pas uniformément. Ces fluctuations de température peuvent, en fonction de la position de la nourriture, affecter la qualité microbiologique des aliments. Ceci peut être partiellement évité en posant la préparation sur une plaque tournante et en mélangeant régulièrement la nourriture qui cuit.

Si la nourriture est contaminée par des bactéries, les micro-ondes ne les détruisent pas, et en tout cas pas toutes. Ceci vaut également pour d’autres méthodes de cuisson. Une bonne conservation des aliments est la clé pour réduire ces risques.

Gardez à l’esprit que les restes doivent être réchauffés à fond pour éviter une intoxication alimentaire.

Source : www.passionsante.be