Titre obligatoire

Emissions à venir

nov
21
mar
2017
07:00 Wapi Réveil – SAM
Wapi Réveil – SAM
nov 21 @ 07:00
Wapi Réveil - SAM @ Pacifique FM
Wapi Réveil – Lundi au vendredi de 7h à 9h Du lundi au vendredi réveille-toi en musique avec Frédéric Chaque matin du lundi au vendredi c’est le WAPI Réveil qui te fait lever. Des infos locales,[...]

View Calendar

Poussins étouffés et broyés: la vidéo choc qui donne la nausée ( attention pour les personnes sensibles )

Des poussins broyés dans une vidéo choc

 

Le 11 novembre dernier, l’association L214 diffusait des images issues d’un couvoir du Finistère. Poussins broyés, jetés vivants dans des bennes à ordures ou étouffés dans un sac poubelle: les images, difficiles à soutenir, révèlent une pratique honteuse et illégale qui porte gravement atteinte au bien-être des animaux.

Intitulée « Un animal pas un déchet », la vidéo a été tournée par un
employé dans une entreprise bretonne qui fait éclore des poussins pour en faire des poules pondeuses ou des poulets de chair. Les poussins sont sexés à la naissance afin de séparer les mâles des

femelles. Inutiles pour l’élevage de poules pondeuses, les mâles sont
éliminés en masse dans des conditions qui donnent le frisson.

Encore vivants, ils sont soit broyés soit étouffés dans un sac poubelle ou encore jetés dans des bennes à ordures. On voit ainsi un employé déverser des dizaines de poussins dans un sac poubelle et le refermer en les écrasant. Abandonné, le sac rempli de poussins continue à bouger. Plus loin dans la vidéo, un ouvrier fait tournoyer un poussin pour l’étourdir. D’autres images montrent le sol de l’entreprise jonché de poussins morts.

Profonde indignation
« Ces images sont un véritable cauchemar qui brisent le cœur et inspirent une profonde indignation. Parce qu’aucun consommateur ne
voudrait cautionner de tels sévices, nous mettons ces images à disposition du public pour lui permettre de prendre conscience de la maltraitance omniprésente dans les productions animales », explique Brigitte Gothière, directrice de L214.

Dans la foulée de la diffusion de cette vidéo, L214 a lancé une pétition en ligne afin de sensibliser le ministre de l’Agriculture à cette pratique.

L214 Ethique et Animaux est une association de défense qui s’intéresse aux conditions d’élevage, de transport, de pêche et d’abattage des animaux utilisés dans la consommation alimentaire. L214 fait référece à l’article du code rural français qui désigne la première fois les animaux comme « être sensibles ».

La campagne de L214 a également fait l’objet d’un reportage diffusé dans le JT de TF1 le 15 novembre .

Source : Wikistrike

 

Convention entre la Belgique et le Kosovo sur le transfèrement des personnes condamnées

kosova-flag

Source: Service de presse de Didier Reynders, Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

Sur proposition du ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, le Conseil des ministres a approuvé un avant-projet de loi portant assentiment à la convention* entre le Royaume de Belgique et la République du Kosovo sur le transfèrement des personnes condamnées.

La convention vise à faciliter le transfèrement des personnes condamnées entre la Belgique et le Kosovo, qui s’engagent à coopérer mutuellement en ce domaine afin de favoriser la réinsertion sociale des détenus, et à préciser les différentes formes que cette coopération peut prendre, ainsi que les formalités à respecter dans le cadre d’une telle procédure de transfèrement.

Cette convention permettra aux citoyens belges condamnés au Kosovo de bénéficier d’une meilleure prise en charge et de chances de reclassement plus élevées que si l’entièreté de leur peine était purgée à l’étranger.

Par la ratification de cette convention, la Belgique participera à un effort vers une meilleure coopération judiciaire bilatérale avec les Etats non-membres de l’Union européenne et du Conseil de l’Europe et perpétuera les bonnes relations existant entre la République du Kosovo et notre pays. La ratification de cet instrument bilatéral, conforme à la volonté de notre pays, est par conséquent tout à fait souhaitable.

 

Accord entre la Belgique et la France relatif à la coopération en matière de défense aérienne contre les menaces aériennes non militaires

FranceFlag_svg

Source: Service de presse de Didier Reynders, Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

Sur proposition du ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, le Conseil des ministres a approuvé un avant-projet de loi portant assentiment à l’accord* entre le gouvernement du Royaume de Belgique et le gouvernement de la République française relatif à la coopération en matière de défense aérienne contre les menaces aériennes non militaires.

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, et en accord avec les directives de l’OTAN, un concept RENEGADE a été développé par l’Etat-major de la Défense afin de décrire les actions à prendre en Belgique pour éviter qu’un avion civil ne soit utilisé comme arme de terrorisme. Ce concept fut accepté et signé par le ministre de la Défense de l’époque, le 18 mai 2004. Dans les accords OTAN, l’utilisation du système de défense aérienne intégrée de l’OTAN n’est autorisée que pour des avions militaires. Contre une menace aérienne civile, le concept RENEGADE prévoit que l’usage de la force est une responsabilité de l’autorité gouvernementale nationale (National Governmental Authority). Une lettre du ministre de la Défense fut alors envoyée à ses voisins (Luxembourg, Pays-Bas, Allemagne et France) afin de formaliser une collaboration internationale dans ce domaine.

L’accord entre la France et la Belgique fixe le cadre juridique de la coopération dans le domaine de la défense aérienne contre les menaces aériennes non militaires. Cette coopération vise à améliorer les capacités d’intervention des parties vis-à-vis d’une menace aérienne non militaire et à faciliter l’échange systématique de renseignements permettant d’enrichir la connaissance de chacune des parties sur la situation aérienne générale.

Adaptation au bien-être de certaines pensions dans le régime des travailleurs salarié

bracquelaine

 

Source: Service de presse de Daniel Bacquelaine, ministre des Pensions

Sur proposition du ministre des Pensions Daniel Bacquelaine, le Conseil des ministres a approuvé un projet d’arrêté royal portant adaptation au bien-être de certaines pensions dans le régime des travailleurs salariés.

Le projet exécute l’avis des partenaires sociaux sur la répartition de l’enveloppe bien-être 2015-2016 en ce qui concerne les pensions dans le régime des travailleurs salariés. Il prévoit les mesures suivantes :

la majoration de la petite pension minimum garantie jusqu’au niveau de la pension minimum garantie des travailleurs salariés avec effet au 1er juin 2015

l’augmentation de toutes les pensions minimum garanties pour salariés de 2 % avec effet au 1er septembre 2015

l’augmentation du droit minimum par année de carrière de 2 % avec effet au 1er septembre 2015

l’augmentation du plafond qui est d’application quand le droit minimum par année de carrière est appliqué de 2 % avec effet au 1er janvier 2015

l’augmentation du pécule de vacances et du pécule complémentaire de 15 % comparé aux montants de 2012, avec effet au 1er mai 2015. Cette mesure vise en plus à assurer aux bénéficiaires d’une pension comme travailleur salarié dont le montant est inférieur au montant du pécule de vacances et du pécule complémentaire de vacances, le bénéfice de la même majoration en mai 2015 et 2016. Le montant du pécule de vacances ne sera dès lors pas limité au montant de pension que le pensionné reçoit au mois de mai

l’augmentation des pensions qui ont pris cours avant le 1er janvier 1995 de 1 % avec effet au 1er septembre 2015. Cette augmentation d’ 1 % n’est pas d’application aux pensions minimum qui sont déjà majorées de 2 % par la mesure mentionnée ci-dessus

l’augmentation du montant de base de la garantie de revenus aux personnes agées (GRAPA) et du montant payé du revenu garanti aux personnes âgées de 2 % avec effet au 1er septembre 2015
Outre ces mesures, les pensions de cinq ans sont augmentées de 2 %. En 2015 l’augmentation se fera au 1er septembre. En 2016 l’augmentation aura lieu au 1er janvier. Cette augmentation de 2 % n’est pas d’application aux pensions minimum, qui sont déjà majorées de 2 % par la mesure mentionnée ci-dessus.

Le projet est transmis pour avis au Conseil d’Etat.

Ariane 6 et Vega C : La Belgique soutien l’europe dans l’espace

Engagements pris par la Belgique lors du Conseil ministériel de l’Agence spatiale européenne

ariane 6

Source: Service de presse de Elke Sleurs, secrétaire d’Etat à la Lutte contre la pauvreté, à l’Egalité des chances, aux Personnes handicapées, à la Lutte contre la fraude fiscale, et à la Politique scientifique, adjointe au ministre des Finances

Sur proposition de la secrétaire d’Etat à la Politique scientifique Elke Sleurs, le Conseil des ministres a pris note des engagements pris par la Belgique lors du Conseil ministériel de l’Agence spatiale européenne (ESA), qui s’est tenu à Luxembourg le 2 décembre 2014.

Les décsions prises lors du Conseil ministériel de l’ESA concernent :

le développement d’un lanceur de nouvelle génération (Ariane 6) et l’évolution du lanceur Vega (Vega C), ainsi que le support à l’exploitation des lanceurs actuels (Ariane 5 et Vega) pour la période 2015-2016

la couverture des frais d’exploitation de la station spatiale internationale (ISS) pour la période 2015-1017

la participation aux programmes de l’ESA qui n’étaient pas totalement souscrits ou qui nécessitaient des souscriptions supplémentaires

la définition des grands axes de l’évolution de l’ESA dans un contexte mondial et européen en mutation, en particulier la nature des relations futures entre l’ESA et l’Union européenne

À propos de l’Agence spatiale européenne

L’Agence spatiale européenne (ESA) constitue la porte d’accès de l’Europe à l’espace.

L’ESA est une organisation intergouvernementale créée en 1975, dont la mission consiste à gérer le développement des capacités spatiales de l’Europe et à faire en sorte que les investissements dans l’espace bénéficient aux citoyens européens et du monde entier.

L’ESA compte vingt États membres : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. Dix-huit d’entre eux sont également membres de l’Union européenne (UE). La Hongrie et l’Estonie, membres de l’UE, viennent d’adhérer à la Convention de l’ESA et seront bientôt États membres.

Six  États membres de l’UE ont signé des accords de coopération avec l’ESA. Le Canada participe aussi à certains programmes de l’ESA au titre d’un accord de coopération.

L’ESA coopère également avec l’UE à la mise en œuvre des programmes Galileo et Copernicus.

En coordonnant les ressources financières et intellectuelles de ses membres, l’ESA peut entreprendre des programmes et des activités qui vont bien au-delà de ce que pourrait réaliser chacun de ces pays à titre individuel.

L’ESA développe les lanceurs, les satellites et les moyens sol dont l’Europe a besoin pour jouer un rôle de premier plan sur la scène spatiale mondiale.

Aujourd’hui, elle développe et lance des satellites d’observation de la Terre, de navigation, de télécommunication et d’astronomie, elle envoie des sondes jusqu’aux confins du Système solaire et elle mène en coopération des projets d’exploration humaine de l’espace.

Pour en savoir plus sur l’ESA : www.esa.int

 

 

Convention entre la Belgique et le Rwanda tendant à éviter la double imposition et à prévenir la fraude et l’évasion fiscales

rwanda

Source: Service de presse de Didier Reynders, Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

 

Sur proposition du ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, le Conseil des ministres a marqué son accord sur l’avant-projet de loi portant assentiment au protocole modifiant la convention* entre le Royaume de Belgique et la République du Rwanda tendant à éviter la double imposition et à prévenir la fraude et l’évasion fiscales en matière d’impôts sur le revenu et sur la fortune.

Ce protocole, signé à Bruxelles le 17 mai 2010, modifie l’article 26 de la convention, relatif à l’échange de renseignements en matière fiscale et permet expressément l’échange de renseignements bancaires. L’échange de renseignements avec le Rwanda est ainsi aligné sur la dernière version de la disposition correspondante du modèle de convention fiscale de l’OCDE. Un tel alignement s’inscrit dans un processus de consolidation de la coopération internationale en matière fiscale qui a été entrepris au niveau mondial.

Les principales caractéristiques de l’article 26, tel que modifié par le protocole, sont les suivantes :

les renseignements échangés sont les renseignements vraisemblablement pertinents pour l’application des dispositions de la convention et de la législation interne relative aux impôts visés par l’article 26

les impôts belges visés sont tous les impôts, directs ou indirects, perçus par le gouvernement fédéral, ainsi que par les entités fédérées ou les pouvoirs locaux

l’Etat auquel des renseignements sont demandés doit collecter ces renseignements même s’ils ne sont utiles qu’à l’autre Etat

l’échange de renseignements est expressément étendu aux informations détenues par les banques. L’administration fiscale belge pourra par conséquent obtenir des renseignements détenus par des établissements bancaires situés au Rwanda en vue d’assujettir un contribuable à l’impôt belge
Le protocole sera prochainement soumis à l’approbation du parlement fédéral.

Le protocole a été qualifié de traité mixte par la conférence interministérielle Politique étrangère et doit par conséquent aussi être soumis à l’assentiment des parlements des régions et des communautés.

La Maison de la Marionnette de Tournai présente l’atelier Marionnett’art du 8 avril 2015.

centre marionnette 1

Marionnett’art « La soupe à la grimace »
Marionnett’Art est un atelier destiné aux enfants à partir de 6 ans qui se présente en deux volets. Le premier volet est consacré à l’histoire et aux légendes relatives à un personnage et le deuxième à l’approche de cette marionnette à travers d’autres techniques d’expression comme la peinture, le modelage, le dessin, la gravure…

Ce mercredi 8 avril, c’est la «soupe à la grimace»! Nous observerons des marionnettes aux visages plutôt étonnants! Des sourires figés, des nez crochus des yeux globuleux… des visages grimaçants qui font rire ou qui font peur seront ton inspiration pour concocter ton bol de soupe à la grimace! Cette fois, nous aborderons la technique du modelage.
Mercredi 8 avril 2015 de 14h à 16h30
Atelier à partir de 6 ans
Prix : 10€

Inscription aurpès d’Isabelle Peteers au 069-88 91 44 – maisondelamarionnette@skynet.be

 

LA RONDE DES INNOCENTS, NOUVEAU SPECTACLE NOCTURNE SUR LA GRAND PLACE DE CHIÈVRES

Les 23, 24 et 25 avril 2015, la Maison Culturelle d’Ath et l’Administration communale de Chièvres, avec la collaboration de nombreux partenaires locaux, créeront un nouveau spectacle d’extérieur, « La ronde des innocents », inspiré de l’histoire médiévale de Chièvres et faisant référence à l’histoire de la Guerre des Ronds (13ème siècle).
200 comédiens, figurants, musiciens, danseurs, chanteurs, combattants, …, habillés en costume d’époque, seront rassemblés sur scène pour retracer 100 ans de notre histoire médiévale !

chievres

chievres fete

La Maison Culturelle d’Ath présente « Pictogr’âme », un jeu participatif

La Maison Culturelle d’Ath présente « Pictogr’âme », un jeu participatif pour (re)découvrir l’âme du centre-ville. Décliné en version plateau et version mobile, le jeu permet aux habitants et aux usagers de livrer leurs ressentis et perceptions sur les rues qu’ils arpentent.

noir-banc-comp-www-1024x498

Quelles sont les petites habitudes, les curiosités, les anecdotes du quartier ? Celui-ci possède-t-il un rythme, un son ou une odeur particulière ? Toutes ces questions pourront trouver une réponse grâce à cette collecte d’informations. Telles des « signaleuses », les animatrices de la Maison Culturelle se rendront durant le mois de mars aux quatre coins de la ville avec leur vélo loufoque conçu pour l’occasion. La version plateau du jeu permettra, quant à elle, de rencontrer les habitants désireux d’y participer directement chez eux. Pour organiser le jeu à domicile, les intéressés peuvent contacter le 068 26 99 93 ou vcoppens@mcath.be.
De nouveaux panneaux de signalisation soumis au vote
Les informations recueillies serviront à la création d’une nouvelle signalétique, réalisée avec l’aide d’une artiste, qui traduira au mieux l’essence du centre-ville et l’accueil de ses habtiants. Les différentes propositions de panneaux seront visibles sur www.maisonculturelledath.be et seront soumis à un vote, à partir du 20 avril. Les panneaux les plus plébiscités seront installés et dévoilés de manière « spectaculée » et interactive à Sortilèges, Rue et Vous !, le 14 mai.
Parfois, un bon panneau vaut mieux qu’un long discours !
Ce jeu s’inscrit dans le cadre de L’@thlas Participatif, celui-ci a pour but de rassembler une série de cartes (objectives et subjectives) liées au territoire athois.

Pictogr’âme Mobile – La tournée
Venelle des Bains : le 14 mars de 15h à 17h
Ludothèque Pirouette: le 17 mars de 14h à 16h et le 20 mars de 18h à 21h
Bibliothèque Jean de la Fontaine ; le samedi 21 mars de 10h à 12h30
Marché : le jeudi 19 mars de 9h30 à 12h

Informations pour participer au jeu ou l’organiser à domicile : 068/26.99.93 – vcoppens@mcath.be

 

Impro  » La Boule à Facettes » Le 21 mars à 19h Au Centre culturel d’Enghien

enghien

Tarifs :
Prévente : 8€ – 5€ (étudiants – membres) – 1,25€ / Sur place : 10€ – 7€