Titre obligatoire

Emissions à venir

nov
22
mer
2017
16:00 HAPPY JOB – Alexandre et Wallace
HAPPY JOB – Alexandre et Wallace
nov 22 @ 16:00 – 18:00
HAPPY JOB - Alexandre et Wallace
Avec Alexandre, on y aborde les jobs mais par les entrepreneurs, les indépendants, ils viennent présenter leur entreprise et les profils d’emplois qu’ils recherchent exactement ; l’émission en deuxième partie se fait en coaching et[...]
19:00 Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station Wallace
nov 22 @ 19:00
Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station –  Lundi, mardi et mercredi de 19h à 20h Il t’empêche d’aller à ton lit .. Pop Rock Station c’est le meilleur de la musique avec Wallace Pop Rock Station donne un[...]
20:00 The Nose
The Nose
nov 22 @ 20:00
 
nov
23
jeu
2017
07:00 Wapi Réveil – SAM
Wapi Réveil – SAM
nov 23 @ 07:00
Wapi Réveil - SAM @ Pacifique FM
Wapi Réveil – Lundi au vendredi de 7h à 9h Du lundi au vendredi réveille-toi en musique avec Frédéric Chaque matin du lundi au vendredi c’est le WAPI Réveil qui te fait lever. Des infos locales,[...]

View Calendar

Eloïse, 15 ans, a disparu depuis samedi à Bastogne: sa maman lance un avis de recherche

Les parents d’Eloïse sont très inquiets, et lancent un avis de recherche sur Facebook pour atteindre un maximum de personnes.

La jeune fille a fugué de chez elle ce samedi matin, et pourrait s’être dirigée vers Bruxelles. D’après nos confères de Sudpresse, la police est au courant de la disparition, mais n’a pas encore diffusé d’avis de recherche.

Eloïse est âgée de 15 ans et habite Bastogne. Comme l’indique sa maman sur Facebook, elle a les cheveux châtains clairs, mi-longs (moins longs que sur la photo diffusée), et elle mesure environ 1m60. Lorsqu’elle a fugué, elle portait un manteau noir et des baskets noires.

La maman d’Eloïse invite toute personne détenant des informations à contacter la police au numéro 101.

AVIS DE RECHERCHE IMPORTANT … ma fille Eloïse Laurencin, a fugué ce samedi matin, elle serait à Paris, d'après les "…

Posté par Valérie Liégeois sur lundi 22 février 2016

Disparition d'une mineure de 15 ans, partagez un maximum svp

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mardi 23 février 2016

Microsoft va identifier tous les ordinateurs belges qui ont servi pour du piratage: vous pourriez être concernés

Le Centre pour la Cybersécurité Belgique (CCB) vient de conclure un contrat avec le géant américain Microsoft. Ce dernier fournira au CCB des données sur tous les ordinateurs localisés en Belgique et ayant participé à des attaques à travers le monde, indique ce mardi l’Echo.

La pratique est connue: des hackeurs utilisent les ordinateurs de particuliers à leur insu pour utiliser leur puissance de calcul à leur profit. L’objectif du CCB sera, après avoir pris connaissance des ordinateurs belges infectés, d’utiliser ensuite ces données pour identifier les propriétaires de ceux-ci, les prévenir et les inciter à mieux se protéger. « Nous voulons organiser un grand nettoyage en octobre », explique Miguel De Bruycker, le directeur du CCB, qui travaille encore sur l’organisation de la campagne.

Les conditions financières du contrat avec Microsoft n’ont pas été dévoilées. Le CCB insiste par ailleurs sur le fait que la décision de travailler avec l’entreprise américaine avait été prise avant les récentes attaques perpétrées par le groupe de pirates informatiques franco-belge DownSec contre des sites internet officiels de différents services publics belges, via des classiques attaques par déni de service (DDoS).

Source: rtl.be

Cybersécurité, avez-vous été piraté ?

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mardi 23 février 2016

Ma météo pour cet après midi en Belgique

Lundi 22 février après-midi (max)

Lundi 22 février après-midi (max)
Lundi : La partie plus active du système perturbé finira par s’enfoncer lentement sur le pays à partir du nord-ouest, accompagnée de précipitations graduellement plus consistantes. Peu à peu, de l’air plus frais s’engouffrera si bien que la pluie se transformera en neige fondante sur les hauteurs en cours de soirée. Les températures maximales seront atteintes en début de journée.
Source:meteobelgique.be

Harcelée, Madison (Herstal, 14 ans) s’est pendue dans la cage d’escaliers: elle continue à recevoir des insultes!

Partout, l’annonce de la disparition de Madison a fait mal. Cette jeune fille de 14 ans, provenant d’Herstal, s’est pendue chez elle ce mardi. Elle était harcelée et insultée dans son école. La famille est sous le choc, évidemment…

Madison Wintgens, était élève au collège Saint-Lambert de Herstal. L’adolescente ne donnait jamais l’impression d’être malheureuse. Même si elle rencontrait quelques difficultés dans sa vie familiale (une mère souffrante et un père absent), rien ne laissait penser qu’elle commettrait l’irréparable.

Elle était toujours perçue comme quelqu’un de souriant et de sympathique par son entourage. Deux traits de caractère qui ne coïncident pas avec son geste désespéré.

 

elle s’appelait Madison, elle avait 13 ans, aujourd’hui elle à décidé de rejoindre les anges. toutes nos condélances à la famille de Madison et sachez que nous nous battrons pour elle et pour les autres

Posté par Harcèlement Scolaire il est grand temps de dire STOP sur mercredi 10 février 2016

En apprenant la nouvelle, sa famille était véritablement sous le choc. Son oncle, Hugh Tonka, tombait véritablement des nues. Sa nièce harcelée depuis quelque temps? Non, il dit qu’il n’était pas du tout au courant. «  Il faut que tout cela s’arrête, Madison est partie et, pourtant, des personnes continuent de lui envoyer des messages d’insultes sur les réseaux sociaux. C’est tout simplement honteux de leur part », raconte-t-il, la gorge nouée.

Des propos inqualifiables qui se doivent d’être punis et qui ne font que blesser davantage la famille de la jeune Liégeoise.

«  Nous sommes tout simplement effondrés. Sa mère, son frère et sa sœur aînés n’arrivent pas à s’en remettre. C’est une situation horrible ! »

Mobilisation

Un événement tragique qui, même dans la douleur, mobilise et se doit d’être dénoncé. C’est d’ailleurs ce que Hugh nous explique. «  J’en ai parlé à ma sœur, la maman de Madison, et elle est d’accord pour qu’on en parle dans la presse. Il faut que les victimes de harcèlement en parlent. Pour que jamais plus une telle situation ne puisse se reproduire…  »

Source: sudinfo.be

<div id= »fb-root »></div><script>(function(d, s, id) {  var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];  if (d.getElementById(id)) return;  js = d.createElement(s); js.id = id;  js.src = « //connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v2.3″;  fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));</script><div class= »fb-post » data-href= »https://www.facebook.com/pacifiquefm/posts/556844611158010″ data-width= »500″><div class= »fb-xfbml-parse-ignore »><blockquote cite= »https://www.facebook.com/pacifiquefm/posts/556844611158010″><p>Madison d&#xe9;c&#xe9;d&#xe9;e et les r&#xe9;seaux sociaux agissent toujours contre elle ! r&#xe9;agissez au harc&#xe9;lement sur ceux-ci !</p>Posté par <a href= »https://www.facebook.com/pacifiquefm/ »>Pacifique FM – Officiel</a> sur&nbsp;<a href= »https://www.facebook.com/pacifiquefm/posts/556844611158010″>samedi 13 février 2016</a></blockquote></div></div>

Montée de l’Islam radical :une trentaine de mosquées salafistes en Belgique

La Belgique compte aujourd’hui deux fois plus de mosquées salafistes qu’il y a 15 ans. On en compte désormais une trentaine ce qui confirme la percée de cet islam rigoriste.

« Une trentaine de mosquées installées en Belgique font l’objet d’une influence salafiste », soit le double de l’estimation faite en 2001 dans un rapport du Comité R, indique vendredi La Libre Belgique, qui précise avoir obtenu cette estimation à bonne source. Le renseignement belge estime désormais que le salafisme a définitivement fait son nid dans le pays, et ce sous diverses formes (piétiste, apolitique, djihadiste). Cette situation est notamment observable à la présence d’imams ou de directeurs de mosquées, de groupes de croyants ou de prédicateurs de passage inspirés par ce courant rigoriste et conservateur de l’islam.

13 mosquées reconnues sur 70

La plupart de ces mosquées ne sont pas reconnues et échappent au « screening » de la Sûreté, appelée à donner son avis chaque fois qu’un dossier de reconnaissance est soumis à l’Exécutif des musulmans. A l’heure actuelle, seules treize mosquées sont reconnues en Région bruxelloise alors qu’il y en a au moins une septantaine dans Bruxelles-Capitale et 320 dans l’ensemble du pays, indique la Libre.

 

Source: rtl.be

Alors pourquoi laisser s’installer ces mosquées qui cultivent un extrémisme Islamique ?

L'Islam rigoriste en montée en Belgique, pourquoi laisser faire ?

Posté par Pacifique FM – Officiel sur vendredi 12 février 2016

Viol collectif à Ostende: « Les femmes doivent obéir » se défend l’un des auteurs des faits

Après avoir commis un viol collectif, certains auteurs minimisent les faits.

L’un d’eux déclare même que la victime ne devrait pas se plaindre, car « les femmes doivent obéir aux hommes« . Pour Johan Vande Lanotte, le bourgmestre socialiste de la ville d’Ostende, il s’agit de défendre nos valeurs: « Certains nouveaux arrivants ont une image de la femme qui est problématique. »

L’affaire s’est déroulée en novembre dernier. Mais elle a été révélée par hasard la semaine passée. Un professeur de l’institut technique d’Ostende avait attiré l’attention de la police sur un élève qui s’était fait remarquer avec une photo de lui portant un uniforme militaire et une mitraillette. Lors de l’enquête, les autorités ont découvert une vidéo sordide sur son téléphone portable: accompagné de six autres garçons, on le voit abuser d’une fille apparemment inconsciente. Les auteurs de ce viol collectif rient, dansent et chantent en arabe, précise Het Laatste News.

Plus tôt dans la soirée, la jeune fille de 17 ans était allée boire un verre avec ses copines, avant d’atterrir à une fête à Ostende où, d’après certains témoignages, elle aurait consommé de l’alcool au point de finir inconsciente. Où a-t-elle ensuite été emmenée? Ceci n’est pas encore clair. On sait cependant qu’elle est rentrée chez elle en taxi.

Des auditions qui choquent

Parmi les auteurs de faits, deux jeunes sont de nationalité belge. Cinq autres seraient Irakiens, et au moins d’eux d’entre eux connaîtraient une procédure de demande d’asile. Ils ont entre 14 et 25 ans. Seul le plus âgé nie le viol, tandis que les six autres reconnaissent qu’ils ont tous eu des rapports sexuels avec la jeune fille. Lors de leur interrogatoire, ils étaient très désagréables, considérant parfois, comme le précise à nouveau Het Laatste News, qu’un viol collectif était une chose tout à fait normale par ailleurs dans le monde. L’un d’eux affirme aussi que « la jeune fille a demandé de l’emmener » – alors que les images montrent clairement qu’elle n’était plus maîtresse de sa volonté.

Selon l’un des auteurs de faits, elle ne devrait de toute façon pas se plaindre, « parce que les femmes ont seulement besoin d’écouter les hommes« .

Le bourgmestre d’Ostende a, pour sa part, appelé à des sanctions très dures, « dans cette affaire douloureuse« .

Source:ladh.net

Une conclusion peut se faire, jeunes fille ne buvez pas d’alcool par excès, et pour les violeur il est temps d’avoir une rééducation culturelle et psychologique.

 

Les violeurs en audition : un viol collectif est normal !….

Posté par Pacifique FM – Officiel sur jeudi 4 février 2016

Pour Galant, le RER en Wallonie n’est plus une priorité

La mise à 4 voies de la ligne 124 Bruxelles-Nivelles et de l’entièreté de la ligne 161 Bruxelles-Ottignies ne fait plus partie des priorités de la SNCB et d’Infrabel.

  • <br /><br />
Jacqueline Galant. © Belga<br /><br />
    Jacqueline Galant. © Belga

La mise à 4 voies de la ligne 124 Bruxelles-Nivelles et de l’entièreté de la ligne 161 Bruxelles-Ottignies ne fait plus partie des priorités de la SNCB et d’Infrabel. Il est apparu que ces travaux d’infrastructure ne sont pas nécessaires à une offre suburbaine de qualité autour de Bruxelles, a expliqué mardi la ministre de la Mobilité, Jacqueline Galant, en commission de la Chambre.

Le Fonds RER contient encore aujourd’hui 105 millions d’euros alors qu’entre 700 millions et 900 millions seraient nécessaires pour achever la mise à quatre voies de toutes les lignes. La ministre s’est donné comme priorité, dès son entrée en fonction, de développer une offre « S » (suburbaine) sur l’infrastructure existante. «  Pendant trop longtemps, les travaux d’infrastructure ont été déconnectés de l’offre de terrain », a-t-elle affirmé, en rappelant que ces travaux avaient déjà coûté 2 milliards d’euros.

Galant charge ses prédécesseurs

La ministre a énuméré les réalisations déjà engrangées, très largement pour le RER entre la Flandre et Bruxelles mais dont certaines ont un impact positif en Wallonie. Il ne s’agit pas de privilégier une Région au détriment d’une autre, a-t-elle assuré. La raison est géographique : dans le projet RER, il y a 33 gares à Bruxelles, 27 en Wallonie et 81 en Flandre.

Les problèmes du RER ne datent pas d’hier. La ministre MR a chargé ses prédécesseurs : « Ce constat était déjà bien connu des ministres précédents en charge de ce dossier depuis au moins 5 ans (MM. Magnette et Labille, ndlr). Et pourtant, aucun n’a pris sa responsabilité pour trouver ou négocier des solutions ».

Mme Galant a mis en avant son souci de réalisme devant les retards qui se sont accumulés sur les lignes 161 et 124. Les chantiers sur la 124 sont paralysés par des problèmes juridiques liés aux permis qui ne seront pas résolus avant au moins deux à trois ans. La ministre a donc demandé que les travaux se concentrent sur l’aménagement des gares (Nivelles, Waterloo, Linkebeek et Rhode-Saint-Genèse). Des pistes ont également été examinées pour faire rouler toute la journée des trains S9 Louvain-Schuman-Braine l’Alleud et non seulement aux heures de pointe. Pour la 161, les travaux seront concentrés sur la rénovation de la gare d’Ottignies ainsi que les mises à 4 voies de la bifurcation vers Louvain-la-Neuve et du tronçon Watermael-Bakenbos (gare avant La Hulpe), où l’assiette permettant la pose des rails est déjà réalisée.

« Une ministre wallonne enterre le RER vers la Wallonie »

La réponse de la ministre a fait bondir l’opposition. « Une ministre wallonne enterre le RER vers la Wallonie, c’est clair, c’est net ! » s’est exclamé Olivier Maingain (DéFI). « Je n’enterre pas, je fais des choix », s’est insurgée Mme Galant.

Karine Lalieux (PS) a dénoncé « une sous offre pour les francophones de ce pays » et les effets des économies dans le chemin de fer décidées par le gouvernement.« C’est un choix politique », a-t-elle ajouté.

Se refusant à communautariser le dossier, Marcel Cheron (Ecolo) a exprimé son inquiétude tandis que Catherine Fonck (cdH) s’étonnait des arguments techniques invoqués par la ministre pour motiver ses choix.

Dans la majorité, les déclarations de la ministre ont également fait grincer des dents. Mme Galant a confirmé que la priorité du gouvernement étaient Bruxelles et sa périphérie sans toutefois fermer la porte aux autres projets RER qui concernent Gand, Anvers, Liège et Charleroi. Elle a renvoyé au plan de mobilité de 2017. Les nationalistes flamands ont bondi. « En tant que N-VA, on n’acceptera pas que la mobilité à Anvers soit dupe de la mobilité à Bruxelles », a lancé Inez de Coninck qui a vu dans la réponse de la ministre un argument de plus pour une scission des lignes ferroviaires.

 

Source: lesoir.be

Flandre occidentale: « ne donnez pas de nourriture aux sans-papiers »

Depuis le début de l’année, 890 personnes sans titre de séjour légal ont été interpellées en Flandre occidentale, dont 452 à Zeebrugge, a indiqué lundi le gouverneur de la province, Carl Decaluwé (CD&V). Il demande aussi aux riverains de ne pas distribuer de nourriture à ces personnes.

Flandre occidentale: "ne donnez pas de nourriture aux sans-papiers"

© Belga

 

Le nombre de personnes en situation irrégulière interceptées en Flandre occidentale, et particulièrement à la Côte, ne cesse d’augmenter. En décembre, 598 personnes avaient été interpellées, soit 70% du total des personnes sans-papiers appréhendées en Belgique. Leur nombre a atteint les 890 en janvier, et au cours de la nuit de dimanche à lundi, 38 réfugiés en transit ont été interpellés.

Le gouverneur demande aux riverains de ne pas distribuer de nourriture à ces personnes. « C’est très difficile, parce qu’il s’agit au fond d’êtres humains, mais ces distributions troublent nos actions. Il s’agit toujours de migrants voulant rejoindre la Grande-Bretagne à tout prix alors que s’ils demandent l’asile en Belgique, nous pouvons les accueillir », indique M. Decaluwé.

Ce dernier est favorable à l’installation d’un centre fermé à la Côte, ce qui serait, selon lui, « un moyen de dissuasion ». Le gouverneur se dit satisfait du soutien apporté par le ministre de l’Intérieur, qui a mis huit personnes en plus à disposition de la province pour gérer la crise de l’asile. Il indique également avoir pris contact de manière préventive avec des ONG au cas où la situation deviendrait ingérable. A l’heure actuelle, elle semble être sous contrôle.

source: levif.be

 

La Flandre Occidentale prévient ses administrés : ne donnez pas de nourriture aux sans-papiers.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mardi 2 février 2016

La véritable histoire du « Sanglier des Ardennes », ce barbu sanguinaire de la pire espèce

Qui était vraiment Guillaume de La Marck, le protégé liégeois de Louis XI mieux connu sous le nom de « sanglier des Ardennes ». Etait-il vraiment ce barbare et assassin de la pire espèce?

La véritable histoire du "Sanglier des Ardennes", ce barbu sanguinaire de la pire espèce

© Wikipedia

 

Sa réputation à travers les siècles a largement dépassé son rôle historique. La faute aux chroniqueurs de son temps qui ont dépeint Guillaume de La Marck comme un barbare et un assassin de la pire espèce. Comme si cela ne suffisait pas, le romancier Walter Scott a, dans Quentin Durward (1823), popularisé l’image du barbu sanguinaire, véritable bête fauve surnommée « le Sanglier des Ardennes ».

En réalité, aucun de ses contemporains ne le surnomme ainsi. « Le sobriquet est réservé aux La Marck prénommés Evrard, en allemand Eberhart, ce qui signifie « fort comme un sanglier », précise le marquis Olivier de Trazegnies, auteur de la première biographie fouillée du personnage parue en 2008 (1). Ne nous leurrons pas : Guillaume fut un aventurier, le prototype même du cadet de bonne maison qui cherchait désespérément à se faire une place au soleil. Mais jamais un homme aussi subtil que le roi de France Louis XI n’aurait parié sur lui s’il n’avait fait montre d’intelligence, d’habileté, de culture et d’art de la parole. Sans fréquenter les grandes cours de l’époque, le sire de Lummen avait reçu, en son château familial d’Arenberg, une éducation suffisante pour se bien conduire dans les sphères les plus raffinées. L’ouverture de sa tombe, en 1674, a révélé qu’il était revêtu d’habits de soie rouge, avec des fleurs tissées dans l’étoffe, à la manière des élégants seigneurs de l’époque bourguignonne. »

Une barbe hirsute pour impressionner

Passionné d’histoire, l’auteur ne se prive pas dans son ouvrage de briser le mythe de l’assassin congénital, du soudard imbécile, du Barbe bleue des bords de Meuse. « Certes, Guillaume portait, pour impressionner, une barbe hirsute, dans un xve siècle finissant qui est celui des mentons glabres. Nul doute aussi que le personnage n’avait rien d’un dévot et tout d’un rapace. Avide de pouvoir et d’argent, il a maintes fois vendu les fiefs qui formaient son héritage pour les récupérer quand le vent tournait. Plus grave : en 1474, à Saint-Trond, alors que sa patrie gémissait sous la botte de Charles le Téméraire, il a tué, sans raison apparente, le vicaire général Troncillon, homme peu dangereux. Mais connaît-on tous les dessous de cette histoire ? »

Une certitude : Guillaume de La Marck n’a cessé de susciter des troubles, d’ourdir des intrigues et de traiter secrètement avec la France. Acoquiné avec l’ « universelle aragne » (Louis XI), il jetait la pagaille dans les arrière-cuisines des Bourguignons et de leur successeur, l’archiduc Maximilien. Pour ce chef de bande, ravager des fermes et des abbayes, détruire des récoltes et violer des filles dans les villages étaient des passe-temps bien plus délicieux que la chasse ou la bataille rangée. Son armée était un ramassis de brigands liégeois et de mercenaires suisses et gascons, tous vêtus d’un habit rouge avec, brodé sur la manche, une hure de sanglier.

Guillaume n’a dirigé qu’une seule grande bataille, à Hollogne-sur-Geer, face aux troupes brabançonnes envoyées contre lui par Maximilien. Un désastre pour « le Barbu », qui excellait dans les coups de main, mais dédaignait les règles les plus élémentaires de la stratégie. Il savait, en revanche, faire preuve de sens politique et s’est révélé habile à manier l’opinion. Devenu mambour de Liège, il a mis fin à l’anarchie et a réaffirmé la neutralité de la principauté. « Son autorité sur la ville, nullement exempte de cruauté, s’est exercée dans les normes d’une époque où l’exécution des voleurs et des ennemis politiques faisait partie des vertus civiques », signale encore Olivier de Trazegnies.

« Seigneur de Hornes, ma tête saignera longtemps ! »

Reste l’affaire délicate du meurtre du prince-évêque, le doux Louis de Bourbon, immortalisée dans un célèbre tableau de Delacroix. N’est-ce pas là un acte suffisamment monstrueux pour vouer aux gémonies le « saigneur et traître » ? La responsabilité de Guillaume dans la mort du prince est sujette à caution, estime le biographe : « La plupart des historiens ont un peu vite adopté le récit tragique de Jean Molinet. Accompagné d’une petite troupe, Louis de Bourbon se serait donc heurté, au petit bonheur la malchance, au Sanglier des Ardennes en personne, qui lui aurait tenu une conversation digne de Corneille. Blessé à la figure, le prince se serait jeté aux pieds du cruel et aurait supplié qu’on épargne sa vie. Avec un ricanement sinistre, le Barbu aurait sorti sa dague et tranché la gorge du malheureux. En réalité, aucun chroniqueur n’était présent au moulin de Wez, lieu de l’embuscade. Il a dû recevoir un coup fatal au cours du combat. Dans ces mêlées confuses, personne ne voit sur qui il frappe. »

Il n’empêche que la légende noire du seigneur de La Marck est née ce 30 août 1482. « Le compte rendu des faits, basé sur des récits de survivants, a été façonné en fonction des intérêts des adversaires de Guillaume, poursuit l’auteur. Certains chroniqueurs bien pensants prétendent ainsi que le corps du prince-évêque est resté trois jours dans le ruisseau, nu et pitoyable, sans que quiconque ose s’en soucier, par peur du nouveau maître de la principauté. En fait, Louis de Bourbon fut inhumé le lendemain de sa mort devant le grand autel de la cathédrale de Liège. »

Un ennemi de Guillaume, Jean de Hornes, qui a échappé à la tuerie, deviendra quelques années plus tard prince-évêque, se liera d’amitié avec le Barbu, avant de s’emparer de sa personne par traîtrise et de le faire exécuter à Maastricht. « Il fallait donc que les chroniqueurs à la solde de Jean de Hornes, le nouveau prince, justifient les agissements peu glorieux de cet évêque par l’abomination d’un monstre, Guillaume de La Marck », conclut l’auteur. Du haut de l’échafaud, le Sanglier des Ardennes aurait apostrophé le traître en criant : « Seigneur de Hornes, ma tête saignera longtemps ! » Une guerre civile atroce ravagera le pays de Liège pendant sept ans.

(1) Le Lis et le Sanglier. L’histoire fascinante du Sanglier des Ardennes, par Olivier de Trazegnies, les éditions de l’arbre, 571 p, 2008.

source: levif.be

 

Le Sanglier des Ardennes, qui était cet homme du Moyen-âge ?

Posté par Pacifique FM – Officiel sur lundi 1 février 2016

Tarifs SNCB, amendes: Tout ce qui change ce 1er février

Tarifs à la SNCB, assistance aux personnes à mobilité réduite, amendes… voici tout ce qui change au niveau administratif à partir du 1er février 2016.

Tarifs SNCB, amendes: Tout ce qui change ce 1er février

© BELGA

 

Hausse des tarifs à la SNCB

La SNCB va augmenter les prix de ses billets et de ses abonnements, en moyenne de 1,21% à partir de ce 1er février.

Les billets ordinaires augmenteront ainsi de 1,10% en moyenne. Le prix minimum (trajet entre 1 et 7 kilomètres) du billet standard sera de 2,1 euros (+0,1 euro) pour la deuxième classe et 3,2 euros (+0,2 euro) pour la première classe.

Les prix des cartes de train (abonnements) augmenteront de 1,41% tandis que les cartes campus verront leur prix bondir de 3,31%.

La Key Card (billet pour dix courts trajets) passera quant à elle de 20 à 21 euros.

Le prix des Go Pass 1, billet senior, Rail Pass et Go Pass 10, pour leur part, n’augmente pas.

Assistance aux PMR plus rapide dans les gares

Dès le 1er février, les personnes à mobilité réduite (PMR) pourront bénéficier d’une assistance personnelle moyennant une réservation trois heures à l’avance, au lieu de 24 heures, dans 18 gares du pays.

En Wallonie, les gares qui offriront ce service sont Charleroi-Sud, Liège-Guillemins, Mons et Namur.

A Bruxelles, cela sera possible à Bruxelles-Central, Bruxelles-Nord et Bruxelles-Midi.

Onze gares en Flandre sont également concernées: Anvers-Central, Bruges, Denderleeuw, Termonde, Gand-Saint-Pierre, Hasselt, Courtrai, Louvain, Malines, Ostende et Saint-Nicolas.

Projets pilotes élargis à tout le pays en matière de perception des amendes

Des projets pilotes en matière de perception d’amendes, menés par le fisc à Bruxelles, Liège et Gand, vont être élargis à tout le pays dès ce 1er février. Grâce à cela, le fisc s’attend donc à percevoir un montant en hausse en 2016.

Les projets pilotes testés à Gand et à Liège comportent le recours systématique à des huissiers via une application IT automatisée. Cette mesure a rapporté 4,3 millions d’euros en 2015. Le projet pilote mené à Bruxelles, avec mise en oeuvre systématique d’une saisie-arrêt, a rapporté un million.

 

Source: levif.be

 

SNCB amendes et tarifs en hausse.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur lundi 1 février 2016