Titre obligatoire

Emissions à venir

oct
18
jeu
2018
07:00 Wapi Réveil – SAM
Wapi Réveil – SAM
oct 18 @ 07:00
Wapi Réveil - SAM @ Pacifique FM
Wapi Réveil – Lundi au vendredi de 7h à 9h Du lundi au vendredi réveille-toi en musique avec Frédéric Chaque matin du lundi au vendredi c’est le WAPI Réveil qui te fait lever. Des infos locales,[...]
12:00 RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
oct 18 @ 12:00
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
  Depuis ce 3 janvier en partenariat avec RFI voici le journal international.

View Calendar

Myria fait le point sur la nationalité belge : publication d’un livre et débat au Sénat

Myria et Wolters Kluwer ont présenté un ouvrage ambitieux sur la nationalité belge

Myria

Depuis 1984, notre nationalité est régie par le Code de la nationalité belge. Mais dans les 150 ans qui ont précédé, la législation n’a pas toujours été claire. Elle a parfois changé au gré des intérêts des autorités, puis une série de raisons économiques ou émancipatoires l’ont emporté.

 

Ce mardi 31 mai est paru le livre Devenir Belge, une publication ambitieuse de Myria, le Centre fédéral Migration, et Wolters Kluwer. Quatre auteurs ont uni leurs forces : Frank Caestecker (UGent) et Bernadette Renauld (UCL) traitent de la question dans une perspective historique et juridique, Thierry Eggerickx (UCL) et Nicolas Perrin (statisticien) mettent l’accent sur les tendances démographiques. Le livre offre un aperçu unique de l’histoire de l’acquisition de la nationalité en Belgique, ainsi que du développement et des évolutions les plus récentes de la législation actuelle.

Myria a présenté le livre ce mardi 31 mai au Sénat de Belgique, suivi d’un débat sur la nationalité modéré par M. Philippe Van Parijs (UCL) : Nationalité : Quel équilibre entre individu et société, quel équilibre entre droits et valeurs ?

 

WIEZE BIER INNOVE AVEC LE TOUT PREMIER SNACK DE BIÈRE

BIERE Wieze-Tripel-glas-fles_v002

Wieze Triple a remporté cette semaine sa 5ème médaille en moins de 2 ans. La bière récompensée plusieurs fois présente actuellement une innovation remarquable, à savoir le Wieze Cheese Snack.
Le Wieze Cheese Snack peut être qualifié du premier véritable snack à la bière. Une innovation dans le secteur. Le biscuit, constitué de Gouda vieux affiné pendant 12 mois, est une véritable bombe de saveurs, qui s’associe parfaitement avec une bière de dégustation telle que la Wieze Triple.
Après une analyse approfondie de notre Triple en matière de Foodpairing, nous avons choisi d’ajouter des oignons frais et de l’ail au biscuit au fromage. Le biscuit est constitué de plus de 90 couches différentes de fromage et de pâte feuilletée. Si vous le souhaitez, les biscuits peuvent également être réchauffés au four pour obtenir cette sensation croustillante supplémentaire en bouche.
En automne, Wieze Bier sortira également un emballage spécial pour l’horeca, un petit plat de dégustation à ‘partager’ et à déguster.
“La popularité des bières de dégustation continue d’augmenter ”, selon l’équipe jeune et enthousiaste de Wieze Beer Belgium. Mais une bonne bière de dégustation demande un petit en-cas. À côté de l’assortiment existant de petites saucisses, fromages et chips, rien de spécifique n’est disponible pour une combinaison avec une bière de dégustation. C’est ainsi qu’est née l’idée du ‘perfect match’.

Wieze bier lance également un cadeau spécial à savoir le Delicious Duo, un joli présent qui combine une bouteille de 75cl de Wieze Triple avec le Wieze Cheese Snack. Voici déjà une suggestion sympa pour surprendre les papas lors de la Fête des Pères !
Le Wieze Cheese Snack et le Wieze Delicious Duo seront disponibles dans le commerce à partir de juin 2016.

Contact presse: Alexander Vanlerberghe – +32 479 44 69 45 – www.wiezebier.be
Photos : http://www.wiezebier.be/fr-fr/presse

Source: Belga

Les cheminots seront en grève le mardi 24 mai et aussi le 31 mai

sncb train danois

Un préavis a été déposé par les deux syndicats CGSP CHEMINOTS ET CSC TRANSCOM

L’interruption de la circulation des trains débutera lundi dès 22h et prendra fin le lendemain à la même heure. Tous les cheminots ne sont pas concernés par ce premier mouvement, car les syndicats socialiste et chrétien ont demandé aux agents affectés à la circulation des trains de travailler (accompagnateurs et conducteurs de trains, dépanneurs, etc.).

L’action du 31 mai, concentrée sur les services publics, se déroulera selon le même scénario. La CGSP-Cheminots et la CSC-Transcom appellent toutefois dans ce cas tous les cheminots à y participer. «Les membres de la fédération des services publics de la CSC seront dans les rues de Bruxelles pour exprimer leur ras-le-bol envers les attaques incessantes à l’encontre des services publics», prévient le syndicat chrétien, qui dénonce les économies qui s’accumulent et le manque structurel de personnel.

«On demande à des cheminots d’être de plus en plus productifs mais on les fait travailler dans les mêmes conditions, qu’ils aient 58 ans ou 22 ans», illustre la CSC-Transcom.

Le syndicat socialiste exige notamment le respect de l’indexation automatique des salaires ainsi que le maintien du mode de calcul actuel de la pension des agents du secteur public et la prise en compte de la pénibilité du travail pour déterminer la durée et l’âge de départ.
cgsp cheminots

Source : Belga

ATTENTAT: Le ministre de la défense prolonge l’interdiction de photographier des installations militaires.

 

vdp2

Suite à la menace terroriste, le Ministre de la Défense a indiqué qu’en dépit de la suppression des dispositions spécifiques sur la photographie aérienne de 2006, il est toujours interdit, en vertu des dispositions du code pénal, de photographier des installations militaires à une distance de moins de 10km. Cette interdiction s’applique également à la photographie aérienne.
Afin de permettre aux entreprises et aux administrations de respecter cette interdiction générale, l’IGN met à disposition, à la demande du Ministre, un fichier reprenant les contours des installations militaires qui ne peuvent pas être photographiées. Ce fichier peut être demandé à l’IGN et il est mis à disposition selon des conditions strictes. Par ailleurs, l’IGN a également créé un fichier permettant de masquer facilement des photos aériennes existantes avant de les publier.
Pour les fichiers du type “cyclorama/streetview”, le code pénal est également applicable. Sur ces fichiers, il est également obligatoire de flouter toutes les parties de photos donnant à voir les installations, comme c’est déjà le cas pour les personnes et les plaques d’immatriculation.
Les entreprises et administrations devront également informer leurs clients ayant acheté des photos montrant des installations militaires de l’existence de l’instruction en vigueur et leur signaler l’interdiction stipulée par le code pénal.
Pour de plus amples informations ou pour demander les fichiers, il faut contacter l’IGN, vous pouvez le faire par e-mail à spoc@ngi.be ou par téléphone pendant les heures de bureau au numéro : +32 26298 284 (Alain Gyssens).

Depuis le début de l’année, 200 noms de domaine .be de sites proposant des contrefaçons ont déjà été désactivés.

 

 

images

Grâce à une collaboration efficace entre le SPF Economie et DNS Belgium, 200 sites web .be proposant des produits contrefaits ont été retirés durant une action de contrôle menée récemment.

Dans le cadre de l’opération IOS (In Our Sites), le SPF Economie cherche activement à détecter les sites web  qui commercialisent des contrefaçons. L’opération IOS est menée en collaboration avec la Douane et Europol et se concentre sur la vente en ligne de produits contrefaits. L’année passée, près de 1.000 sites web au total ont été désactivés. Cette action a pour but de préserver le consommateur des fraudes liées au commerce électronique.

Pour les sites web .be concernés, le SPF Economie s’en remet à DNS Belgium. Selon la procédure, DNS Belgium commence par vérifier les données du détenteur du nom de domaine. Si ces données ne sont pas corrigées à temps par le détenteur, DNS Belgium a le droit de désactiver le nom de domaine. C’est ainsi que, récemment, 207  sites web .be ont été désactivés, évitant ainsi au consommateur le risque de commander un article contrefait et de participer, à son insu, à une pratique frauduleuse.

Grâce au contrôle à grande échelle du SPF Economie et à la rapidité de réaction de DNS Belgium, .be reste une zone sûre pour le consommateur en ligne.

Le Collège des procureurs généraux présente les statistiques annuelles 2015 des parquets de la jeunesse.

 

staute

Le Collège des procureurs généraux publie aujourd’hui les statistiques annuelles 2015 des parquets de la jeunesse. Ces dernières se limitent à donner un aperçu du volume et de la nature du flux d’entrée des affaires protectionnelles dans les parquets de la jeunesse près les tribunaux de première instance. Les statistiques annuelles 2015 peuvent être consultées sur le site www.om-mp.be/stat.

L’année passée, les parquets de la jeunesse ont enregistré 2 % de moins d’affaires protectionnelles qu’en 2014. En comparaison à 2010, on constate une diminution de 15 %.

Cette forte baisse est la conséquence d’un amoindrissement du flux d’entrée des affaires FQI (comme fait qualifié d’infraction). En particulier, les affaires FQI concernant des délits contre la propriété diminuent entre 2010 et 2015 (-38 %), catégorie au sein de laquelle un léger revirement s’est produit en 2015 (2 % de plus qu’en 2014). Les affaires FQI concernant les délits contre les personnes ont connu une baisse constante entre 2010 et 2015 (-31 %).

Le nombre d’affaires MD (mineur en danger) a augmenté de 3 % entre 2010 et 2015. Cette évolution est essentiellement la conséquence d’une forte augmentation en 2011 (6 % de plus par rapport à 2010). A partir de 2012, on constate une légère tendance à la baisse.

Vous pouvez télécharger un résumé des principales constatations concernant le volume et la nature du flux d’entrée des affaires protectionnelles dans les parquets de la jeunesse (2010-2015) via le lien ci-dessous :

Le Collège des procureurs généraux présente les statistiques annuelles 2015 des parquets de la jeunesse

Un nouveau projet pour les demandeurs d’asile.

ASYLUM SEEKERS QUEUE FOR MEALS INSIDE THE SANGATTE RED CROSS REFUGEES CAMP IN NORTHERN FRANCE.

Le Conseil des ministres a approuvé, en deuxième lecture, un projet d’arrêté royal fixant les critères de la répartition harmonieuse entre les communes des places d’accueil pour les demandeurs d’asile.

Afin de gérer au mieux l’afflux important de demandeurs d’asile et d’ayant-droits à l’accueil en Belgique, le projet d’arrêté royal vise à introduire un plan de répartition obligatoire. Ce plan envisage une répartition équilibrée entre les communes des places ILA (initiatives locales d’accueil) à créer par les CPAS, lorsque le nombre de personnes introduisant une demande d’asile en Belgique augmente de manière significative. Le projet, soumis au Conseil des ministres en deuxième lecture, a été adapté à l’avis du Conseil d’Etat.

Le calcul du nombre de places d’accueil pour demandeurs d’asile par commune prend en compte les places d’accueil ILA ainsi que toutes les autres places d’accueil sur le territoire de la commune. Les places ILA sont prises en considération à hauteur de 100% et les autres à hauteur de 75%. Les communes ayant deux fois plus de places d’accueil pour demandeurs d’asile que le nombre moyen de places d’accueil par millier d’habitants sont exemptées de créer de nouvelles places ILA, dans le cadre du plan de répartition.

La date de prise d’effet et le nombre de places de chaque tranche du plan de répartition sont fixés par arrêté royal délibéré en Conseil des ministres. Les paces ILA créées dans le cadre du projet seront mises à disposition au plus tard six mois à compter de la date de prise d’effet du plan de répartition.

Le projet prévoit également des sanctions financières pour les CPAS qui demeurent en défaut de créer la totalité des places d’accueil attribuées en application du plan de répartition, après constat et rappel de Fedasil.

Le projet peut être soumis à la signature du Roi.

Quelles seront les mesures prisent par le gouvernement suite aux attentats du 22 mars ?

 

gvrnmnt

Précisément un mois après les attentats du 22 mars 2016 dans la station de métro Maalbeek et à l’aéroport de Zaventem, le gouvernement souhaite apporter plus de clarté aux victimes belges des actes terroristes concernant les mesures qu’il entend prendre pour les soutenir dans le processus de traitement. Un statut de reconnaissance nationale pour les victimes des actes terroristes sera entre autres créé, et un contact proactif avec les victimes et les survivants sera pris pour les accompagner avec un soutien adapté.

A l’initiative du Premier ministre, le Conseil des ministres a approuvé aujourd’hui un paquet de mesures du ministre de la Justice Koen Geens, de la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block et du ministre de la Défense Steven Vandeput pour soutenir autant que possible les victimes belges des actes terroristes. Le but est de clarifier les choses pour les victimes des dramatiques événements du 22 mars 2016. Tous les départements unissent leurs forces afin d’aider au mieux les victimes d’actes terroristes.

Un guichet unique sera créé au sein du Fonds d’aide aux victimes du SPF Justice. Les différents services impliqués mettent les moyens suivants à disposition :

le SPF Justice met deux collaborateurs à disposition pour la coordination et la gestion ;

le SPF Sécurité sociale, DG War, met deux collaborateurs à disposition pour prendre contact par téléphone avec les victimes et leurs proches ;

l’Institut des Vétérans Institut national des invalides de guerre, anciens combattants et victimes de guerre met des assistantes sociales à disposition pour aller proactivement à la rencontre des victimes et de leurs proches sur le terrain et pour les accompagner individuellement vers les services de soutien que le Gouvernement a mis sur pied.
Le guichet unique est joignable au numéro de téléphone unique 0471 12 31 24 ainsi qu’à l’adresse mail terrorvictims@just.fgov.be.

Statut de reconnaissance nationale

Sous la direction des ministres des Affaires sociales et de la Défense, un statut de reconnaissance nationale a été élaboré. Ce statut est comparable à celui des victimes de guerre et garantit une aide d’urgence aux victimes belges des actes de terrorisme. Selon le cas, ces personnes bénéficieront de l’aide suivante :

une pension garantie ;

le remboursement intégral à vie des frais médicaux (physiques et psychiques) à la suite des attentats ;

une carte de victime leur offrant certains avantages.
En attendant le statut de reconnaissance nationale, les blessés et leurs proches peuvent prétendre à une aide financière d’urgence via le Fonds d’aide aux victimes. La loi de 1985 sera adaptée et sera d’application pour les requêtes qui ont déjà été introduites :

Les plafonds pour l’aide financière d’urgence (aide financière avant la fin de l’enquête préliminaire et de la procédure judiciaire) sont augmentés de 15.000 à 30.000 euros.

Les plafonds pour l’aide financière principale (intervention pour les dommages subis) sont augmentés de 62.000 à 125.000 euros.

Cela vaut tant pour les dommages physiques que psychologiques.
Il est prévu d’assouplir certaines conditions dans un arrêté d’exécution :

Aucune décision judiciaire venant d’un juge n’est exigée pour prétendre à une aide en cas d’actes de terrorisme.

Les compatriotes victimes d’actes de terrorisme dans un pays étranger qui ne prévoit aucune réglementation pour ce genre d’événements, peuvent également faire appel au Fonds d’aide aux victimes. Cette réglementation entre en vigueur avec effet rétroactif. Cela permettra, par exemple, aux victimes belges des attentats de Sousse en Tunisie d’aussi introduire une demande d’aide.

Le dossier doit être soumis au plus tard 3 ans après les faits.
Il a été demandé au Fonds d’aide aux victimes d’octroyer un acompte de 5.000 euros aux victimes hospitalisées (pour les frais d’hospitalisation) ainsi qu’aux proches des victimes décédées (pour les frais d’enterrement), et ce, sur simple demande, sans devoir présenter de factures.

Toutes les victimes qui ont introduit une demande pourront bénéficier d’une aide financière afin de couvrir le dommage moral.

 

Les élèves du secondaire rendent le monde un peu meilleur.

 

élève

Cinq écoles secondaires s’affronteront le 26 avril pour remporter la première place au Science Challenge 2016 du Fonds 3M.

Une application pour l’alimentation destinée à la famille, un drone qui aide les fermiers à traiter la végétation, une mallette intelligente, un détecteur d’angle mort pour les camions et un coffret qui détecte les motards, les deux visant à diminuer le nombre d’accidents. Le mardi 26 avril on découvrira chez 3M à Diegem quelle école secondaire a eu la meilleure idée en 2016 et remporte cette année le Science Challenge du Fonds 3M.

Cette compétition annuelle a pour but d’intéresser les élèves du secondaire à la science et à la technique (STEM) et de leur faire imaginer avec leur classe des solutions à toutes sortes de problèmes du monde. Par exemple la pollution de l’air, l’insécurité, l’usage de drogues, ou la pollution de l’eau potable.

Cette année une centaine d’écoles se sont inscrites pour le challenge. Elles devaient produire une vidéo de leur projet, pour laquelle les camarades de classe, les amis et la famille mais aussi un jury professionnel pouvaient voter. Finalement le jury a choisi cinq finalistes qui vont présenter leur idée le 26 avril à Diegem devant le public et le jury. La ministre de l’enseignement Hilde Crevits distribuera les prix de 10.000, 5000 ou 2500 €.

Dans la lutte contre le surpoids et la malbouffe, les élèves de 3 et 4 W de l’Athénée Royal de Zaventem ont développé l’application Back2Food.
Les élèves de la 3EE de Don Bosco à Haacht ont cherché une solution aux dangers de l’angle mort pour les camions, au moyen d’un capteur infrarouge.
Le 6ème Sciences Industrielles de Onze Lieve Vrouw Ter Duinen de Zeebrugge
a développé un drone – un hexacoptère – pour traiter les plantes dans les champs de manière plus ciblée. Et pour rendre la nourriture plus saine de manière écologique.
La mallette intelligente de la classe csM3ds du Collège Saint Michel de Gosselies fait en sorte que les élèves n’oublient jamais leurs livres scolaires.
Les élèves des 5 et 6 Sciences Générales de l’Athénée Royal Lucie Dejardin de Seraing ont imaginé un boîtier de détection qui avertit les conducteurs des voitures qu’une moto s’approche.

La finale du Science Challenge se déroulera le mardi 26 avril de 13h30 à 15h30 chez 3M Belgique, 7 Hermeslaan à 1831 Diegem.

À propos du Fonds 3M
Avec ce fonds, 3M soutient des projets sociaux dans le Benelux. Nous trouvons qu’il est important qu’un nombre plus élevé d’élèves choisissent les sciences exactes. C’est la raison pour laquelle nous aimons les intéresser à la science et à la technique de manière ludique, et en leur lançant des défis. C’est la raison pour laquelle nous organisons le Science Challenge.

http://3mfondssciencechallenge.com/be_nl

http://www.3MfondsScienceChallenge.eu.

Source : Belga Media Support