Titre obligatoire

Emissions à venir

nov
22
mer
2017
10:00 Voyance + Fabienne et Patrick J...
Voyance + Fabienne et Patrick J...
nov 22 @ 10:00
Voyance +  Fabienne et Patrick James Wallace
Voyance + – Mercredi de 10h à 12h00 Le mercredi de 10h à 12h avec Fabienne médium et Patrick James Wallace Voyance et transcommunication gratuite ! Voyance + est une émission en direct diffusée le[...]
16:00 HAPPY JOB – Alexandre et Wallace
HAPPY JOB – Alexandre et Wallace
nov 22 @ 16:00 – 18:00
HAPPY JOB - Alexandre et Wallace
Avec Alexandre, on y aborde les jobs mais par les entrepreneurs, les indépendants, ils viennent présenter leur entreprise et les profils d’emplois qu’ils recherchent exactement ; l’émission en deuxième partie se fait en coaching et[...]

View Calendar

Police : meurtre de Laeticia BAUWENS le 22/04 à Mons

Le samedi 22 avril 2017 vers 07h00, le corps sans vie de Laeticia BAUWENS, une jeune fille âgée de 22 ans, a été découvert sur le parking du Lotto Mons Expo à Mons.36f3c5af1183b0800ee93ff88a68b1b3

Laeticia BAUWENS, étudiante en 3ème année de diététique au Condorcet de Tournai, se trouvait à côté de son véhicule, une Ford fiesta grise stationnée sur le parking situé avenue Thomas Edison, à proximité du rond-point de l’Imagix. La victime a reçu de nombreux coups de couteaux.

Dans le cadre de cette enquête, les enquêteurs sont à le recherche de précieux témoins qui auraient vu des agissements suspects à proximité des lieux de la découverte du corps de la victime ou de toute personne qui aurait des informations sur les faits.

Lien vers l’avis de recherche.

Discrétion assurée.

Publié le 24/04/2017 à la requête du Madame le Juge d’instruction Lonfils à Mons.

cbae65b703acab76177246d4b4692ff8

Témoignages

Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, nous vous invitons à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800 30 300.

Vous pouvez également réagir via email: avisderecherche@police.belgium.eu.

 

Justice de Paix d’Ath: Paul-Olivier Delannois interroge le Ministre de la justice

Paul-Olivier Delannois a interrogé le Ministre de la Justice, Koen Geens, à propos de la réforme liée au redécoupage des Justices de Paix et les conséquences pour la Wallonie picarde et notamment Ath.

Paul Olivier delannois parlement

Paul-Olivier Delannois au ministre de la Justice sur « la justice de paix de Ath » (n° 17430)
Paul-Olivier Delannois (PS): Votre plan de rationalisation des justices de paix prévoit la fermeture de quelques sièges, l’organisation de greffes communs et la suppression de quelques justices de paix.

Cette troisième étape m’interpelle quant au paysage judiciaire en Wallonie picarde. La justice de paix de Ath recevra plus de justiciables mais risquera l’arriéré judiciaire, faute de moyens suffisants en personnel et en infrastructure.

Dans le cadre de la réforme, des moyens supplémentaires seront-ils mis à sa disposition pour mieux gérer ses missions?

Quels types d’adaptation envisage-t-on pour les justiciables ayant des difficultés pour se déplacer dans des communes perdant leur justice de paix?

Pourriez-vous me donner un calendrier du déménagement effectif des justices de paix?

Koen Geens, ministre (en français): Concernant le plan relatif aux justices de paix et particulièrement la troisième phase et son calendrier, je renvoie à ma réponse donnée ici il y a deux semaines.

Nous préparons un avant-projet de loi qui sera soumis à la commission car il faut changer les limites des cantons.

(En néerlandais) En commission, j’ai aussi indiqué que le chiffre de population ne constitue qu’un seul des six critères, dès lors que ce chiffre ne fournit pas toujours une image correcte de la charge de travail.

En français) L’intention est de mieux affecter les moyens disponibles. Les justices de paix dont la charge de travail est moindre se verront attribuer un territoire plus grand. Cet exercice a été réalisé pour le Hainaut et donc pour Ath et Fontaine-l’Évêque.

La fermeture des justices de paix libèrera des moyens et du personnel. Mon administration identifie avec le président compétent les lieux où les besoins sont les plus grands. Autant que possible, il sera tenu compte des desiderata du personnel.

Chaque commune ne disposant pas de sa justice de paix, les personnes doivent déjà se déplacer. En outre, il est rare en moyenne de devoir se rendre à une justice de paix. Enfin, à certains endroits, des audiences « sous l’arbre » seront prévues. La notion « sous l’arbre » est définie dans le projet de loi pot- pourri V dont les amendements seront soumis au Conseild’État.

Paul-Olivier Delannois (PS): J’acte que du personnel sera déplacé. Vous n’avez pas répondu au cas athois. Je vous demande de prendre en considération cette justice de paix-là qui a des besoins bien réels.

Accord de coopération relatif au protocole de Göteborg pour l’amélioration de la qualité de l’air

Source: 

Service de presse de Marie Christine Marghem, ministre de l’Energie, de l’Environnement et du Développement durable

marghem

Sur proposition de la ministre de l’Energie, de l’Environnement et du Développement durable Marie Christine Marghem, le Conseil des ministres a approuvé un projet d’accord de coopération entre l’Etat fédéral et les trois régions en matière de pollution atmosphérique transfrontière à longue distance.

En Belgique, les régions sont principalement responsables de la surveillance et du maintien de la qualité de l’environnement. Elles comptabilisent les émissions et établissent les scénarii des émissions à venir en fonction des politiques menées, notamment par l’autorité fédérale. L’accord de coopération répartit l’effort entre Régions et définit les mesures fédérales nécessaires à sa mise en oeuvre. L’Etat fédéral est responsable des normes environnementales qui régissent la mise sur les marchés des produits. Il est également compétent pour certains aspects de la fiscalité (accises énergies), de la mobilité et la Mer du Nord.

La plupart des objectifs de la Belgique en matière de gestion de l’air découlent de ses engagements européens et internationaux, et notamment de ceux établis en 1996 et en 2008 par la directive cadre de l’UE sur la qualité de l’air. La directive européenne sur les plafonds d’émission nationaux (PEN) définit également des objectifs stricts de réduction des émissions de SO2, NOx, COV et NH3 pour 2010. Cette directive est en cours de révision.

Le protocole de Göteborg révisé vise à étendre la mutualisation de l’effort de réduction polluante aux pays d’Europe. Il introduit, pour les 5 polluants (SO2, NOx, COV, NH3, PM2.5), l’effort à fournir d’ici à 2020.

Le Conseil des ministres a par ailleurs approuvé l’avant-projet de loi portant assentiment à cet accord de coopération relatif au protocole de Göteborg révisé. Celui-ci est transmis pour avis au Conseil d’Etat.

Projet d’accord de coopération entre l’Etat fédéral, la Région flamande, la Région wallonne et la Région de Bruxelles-Capitale dans le cadre du Protocole portant exécution de la Convention de 1979 sur la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance, relative à la réduction de l’acidification, de l’eutrophisation et de l’ozone troposphérique, avec annexes, signés à Göteborg, le 30 novembre 1999, tels que modifiés le 4 mai 2012 à Genève

Modification des codes figurant sur les permis de conduire

Permis de conduire

Modification des codes figurant sur les permis de conduire – Deuxième lecture

Source:

Service de presse de François Bellot, ministre de la Mobilité, chargé de Belgocontrol et de la Société nationale des chemins de fer belges

Sur proposition du ministre de la Mobilité François Bellot, le Conseil des ministres a approuvé, en deuxième lecture, un projet d’arrêté royal visant à transposer en droit belge la directive européenne modifiant les codes qui doivent figurer sur le permis de conduire. Le projet a été adapté à l’avis du Conseil d’Etat.

La directive européenne 2015/653 modifie les codes européens qui sont amenés à figurer sur le permis de conduire pour des raisons médicales ou administratives. En effet, les codes harmonisés sont adaptés au progrès technique. Le projet vise dès lors à adapter les attestations médicales qui sont remises au citoyen pour obtenir délivrance ou renouvellement de son permis de conduire à la commune et contenant ces nouveaux codes. Ces attestations sont les documents que remettent différents médecins au candidat-conducteur ou au conducteur qui souhaite obtenir ou renouveler son permis de conduire. Les codes mentionnés sur ces attestations sont ensuite enregistrés par l’administration communale dans la banque-carrefour des permis de conduire pour qu’il y ait délivrance du permis de conduire conforme à la situation médicale et administrative du demandeur. Le permis de conduire est ensuite délivré, contenant les codes corrects.

Dès l’entrée en vigueur du texte, en 2017, ces nouveaux codes seront donc obligatoires pour les nouveaux permis de conduire délivrés à partir de cette date.

Le projet peut être soumis à la signature du Roi.

Projet d’arrêté royal transposant la directive 2015/653/UE de la Commission du 24 avril 2015 modifiant la directive 2006/126/CE du Parlement européen et du Conseil relative au permis de conduire.

Communiqué Mouscron Terre d’Accueil : FERMETURE DU REFUGE : DES CONDITIONS IRRESPECTUEUSES ET INDIGNES

FERMETURE DU REFUGE : DES CONDITIONSIRRESPECTUEUSES ET INDIGNES POUR LES
RESIDENTS ET LE PERSONNEL.

mouscron terre d accueil
Au mois de novembre, le « Refuge » s’est vidé de ses résidents à toute allure. Le rythme des
départs était effrayant. Les demandeurs d’asile recevaient une décision de transfert de Fedasil et
avaient 3 jours pour rejoindre leur nouveau lieu d’accueil, parfois à l’autre bout de la Belgique.
Fini les copains d’école, les amitiés autour des tables de conversation…Une intégration
commencée et qui s’interrompt brutalement. Le centre de Mouscron a fermé ses portes le 17
novembre car il n’est plus utile. Grâce au super accord que l’Union Européenne a passé avec la
Turquie en mars dernier, les « migrants » sont bloqués en Turquie, en Grèce, en Italie ou sont au
fond de la mer entre la Libye et l’Europe. Le réseau d’accueil n’est donc plus utilisé qu’à 80 % et
peut fermer plusieurs centres. Et Théo Francken fanfaronne…
Le Refuge à Mouscron accueillait de nombreuses familles car les anciennes infrastructures
hospitalières s’y prêtaient particulièrement bien. Une coordination avaient été mise en place entre
la Ville de Mouscron, Bridgestock Care et le Réseau associatif et citoyen pour garantir un accueil
qui soit le meilleur possible. Après 1 an de fonctionnement, nous pouvions dire que grâce à ces
différentes contributions, l’accueil mis en place était d’une grande qualité et que l’intégration au
sein du quartier et de la Ville se déroulait de manière apaisée.
Nous trouvons le dénouement de l’histoire humainement dramatique : déraciner de leur réseau
d’accueil des personnes, des familles, des enfants ayant connu un exil douloureux ; couper de
manière brutale et immédiate les liens et réseaux de solidarité qui ont été construits ; arracher les
enfants à leurs écoles pour leur faire reprendre leur scolarité dans un nouvel établissement,
parfois en Flandre dans une autre langue ; sans parler des pertes d’emplois au Refuge et dans
les écoles. C’est moche. Très moche. C’est même dégueulasse.

Une transition qui n’a pas été réfléchie, préparée alors que la liste des centres qui devaient
fermer était connue depuis début juin.
Fin août, il y avait encore 512 résidents au Refuge et aucune information sur les conditions de
fermeture du centre. Mi-octobre, il y avait encore 434 résidents au Refuge avec l’arrivée de cas
médicaux mais toujours aucune information de Fedasil sur les modalités et conditions de transfert
vers d’autres centres. Dans le même temps, le Cabinet Francken faisait miroiter à Bridgestock la
possibilité de maintenir le centre mais à finalité médicale.
Pourtant, la semaine du 26 octobre, Fedasil a envoyé 380 « modifications de lieu obligatoire
d’inscription », c’est-à-dire d’ordre de transferts vers des Initiatives Locales d’Accueil (CPAS),
indiquant que les résidents avaient un délai de 3 jours pour s’y rendre sous peine de perdre leur
droit à l’accueil.
380 transferts à assurer en 3 jours. Vous imaginez la panique au centre ! Les travailleurs sociaux
ont été contraints de prévenir les résidents dans l’urgence. Les départs ont été organisés dans la
précipitation la plus totale, trop court pour pouvoir contacter les avocats et introduire des recours
internes. Certains résidents ont été prévenus la veille qu’ils partaient le lendemain matin, des
enfants ont été retirés de leurs classes en plein cours… Vu les conditions de départ, certains
n’ont pas pu emmener toutes leurs affaires. Les résidents recevaient leur ticket de train et leur
itinéraire… au revoir et bon vent ! La centaine de résidents toujours au centre après le congé de
Toussaint a été « évacuée » vers des centres communautaires dans les mêmes conditions
ignobles.
Et du côté de Fedasil, on ose affirmer que ces transferts ont été réalisés en tenant compte des
besoins individuels et des préférences des candidats. Ah bon ?!!!! Est-ce qu’interrompre
brutalement la scolarité d’un enfant, le traitement médical d’une personne gravement malade,
contraindre une personne d’abandonner son emploi, c’est tenir compte des besoins individuels et
préférences des personnes ??? Fedasil a organisé une urgence qui n’en était pas une. Les
transferts ont été effectués de manière tout à fait arbitraire, le plus souvent à l’autre bout du pays,
alors qu’il y avait de nombreuses places disponibles dans les Initiatives Locales d’Accueil de la
région, y compris à Mouscron. Une fois de plus, nous dénonçons une politique d’accueil indigne
et inhumaine qui détruit les liens de solidarité et anéantit toutes démarches d’intégration.

Pour le Réseau Mouscron Terre d’accueil, c’est une raison de plus pour entrer davantage encore
en résistance … Nous ne baissons pas les bras. Il reste une trentaine de familles accueillies à
l’ILA de Mouscron. Certaines personnes y ayant atterries par le même trajet que celui qui a
expédié les résidents du Refuge aux 4 coins de la Belgique… Car au moment où le centre de
Mouscron fermait, celui de Thy-le-Château aussi… Le Réseau s’est donc mis en quête de locaux
pour poursuivre ses activités : tables de conversation, ateliers couture, permanences d’accueil,
accompagnement administratif, aide à la recherche de logement et à l’installation, entretien des
liens et de l’aide aux anciens résidents du Refuge, hébergement d’urgence … Ce ne sont pas les
projets qui manquent.
Nous voulons continuer à favoriser le vivre ensemble, l’accueil, et l’intégration de la personne
étrangère dans la région de Mouscron, quel que soit son statut.

Amnesty International lance sa quarantième campagne “bougies”

Ce lundi 14 novembre,  Amnesty International lance sa quarantième campagne “bougies” en proposant au public d’acheter sa traditionnelle bougie – qui aura déjà été vendue à plus de 3, 5 millions d’exemplaires en Belgique francophone depuis 1976 – mais aussi la nouvelle édition de sa version autocollante illustrée, comme l’année dernière, par Philippe Geluck.

amnesty logo AMNESTY 2017.indd

À l’occasion de la Journée internationale des droits humains, ce 10 décembre, point d’orgue de la campagne “bougies”, la Ville de Mons, mais aussi celle de La Louvière s’engageront concrètement en faveur des droits humains et recevront le label “Ville lumières” d’Amnesty International

Discriminations dans l’accès au logement: Unia lance son outil de testing pour les candidats locataires

Lorsqu’un candidat locataire se voit refuser un logement, ou même une simple visite, il n’est pas toujours évident pour lui d’apporter la preuve qu’il s’agit d’une discrimination. Certains candidats, surtout en raison de leur origine, sont en effet encore trop souvent écartés du marché locatif privé. C’est pour quoi Unia lance un outil en ligne qui permet aux candidats locataires de prouver que le motif réel du refus est une discrimination.

discrimination logement
« Nous sommes très vigilants quant à la manière pour certains propriétaires de rédiger leurs
annonces. Certaines sont tout à fait illégales car présentant un caractère discriminatoire. Mais
aujourd’hui, les choses se font de manière plus subtiles : on demande à l’agent immobilier de faire un
« tri », ou on prétexte un bien déjà loué. Il est donc devenu de plus en plus difficile d’apporter des
éléments de preuve quand on se sent discriminé. Notre outil de testing en ligne aide à changer cela »,
argumente Patrick Charlier, directeur d’Unia.
Etablir la preuve
L’outil en ligne est une feuille de route à suivre et utiliser, que ce soit par les associations de terrain
ou les candidats locataires. « L’objectif est de donner des scénarios possibles selon que les démarches
se font par téléphone ou e-mail, avec une marche à suivre concrète, et ainsi donner le plus de chances
possibles à une éventuelle plainte en justice (ou à un signalement chez Unia) en cas de
discrimination.», détaille Patrick Charlier. « Grâce à ces éléments de preuve, ce sera au propriétaire
de prouver qu’il n’y a pas de discrimination, et non l’inverse, ce qui change profondément la donne ».
Chiffres
En 2015, Unia a reçu 154 signalements pour des discriminations dans le domaine du Logement en
lien avec l’origine des locataires, soit 16 de plus qu’en 2014.
Par ailleurs, une étude d’Unia(*) met en évidence le rôle des agents immobiliers : 42% d’entre eux
ont déjà répondu favorablement à la demande de propriétaires d’écarter les candidats d’origine
étrangère. Seuls 14% d’entre eux refusaient explicitement une demande discriminatoire sur base de
l’origine.
« Les tests de situation, s’ils sont appliqués avec une méthodologie rigoureuse, peuvent contribuer de
manière significative à l’objectivation de comportements discriminatoires. », conclut Patrick Charlier.
Unia plaide notamment pour que d’une part les testings soient mieux encadrés par le législateur, de
façon à réduire l’incertitude sur la valeur probante de ces tests, et, d’autre part, pour que l’autorité
publique prenne en charge elle-même l’organisation de ces testings, par exemple via les services
d’inspection du travail ou du logement, dans des secteurs identifiés préalablement comme
problématiques en termes de discrimination (emploi et logement surtout).

Plus d’infos ?
Lien vers la procédure en ligne : http://unia.be/fr/sensibilisation-et-prevention/outils/prouverune-discrimination-raciale-au-logement-comment-le-prouver
(*) Baromètre de la diversité dans le Logement (2014) : http://unia.be/fr/publications-etstatistiques/publications/barometre-de-la-diversite-logement
 

Myria fait le point sur la nationalité belge : publication d’un livre et débat au Sénat

Myria et Wolters Kluwer ont présenté un ouvrage ambitieux sur la nationalité belge

Myria

Depuis 1984, notre nationalité est régie par le Code de la nationalité belge. Mais dans les 150 ans qui ont précédé, la législation n’a pas toujours été claire. Elle a parfois changé au gré des intérêts des autorités, puis une série de raisons économiques ou émancipatoires l’ont emporté.

 

Ce mardi 31 mai est paru le livre Devenir Belge, une publication ambitieuse de Myria, le Centre fédéral Migration, et Wolters Kluwer. Quatre auteurs ont uni leurs forces : Frank Caestecker (UGent) et Bernadette Renauld (UCL) traitent de la question dans une perspective historique et juridique, Thierry Eggerickx (UCL) et Nicolas Perrin (statisticien) mettent l’accent sur les tendances démographiques. Le livre offre un aperçu unique de l’histoire de l’acquisition de la nationalité en Belgique, ainsi que du développement et des évolutions les plus récentes de la législation actuelle.

Myria a présenté le livre ce mardi 31 mai au Sénat de Belgique, suivi d’un débat sur la nationalité modéré par M. Philippe Van Parijs (UCL) : Nationalité : Quel équilibre entre individu et société, quel équilibre entre droits et valeurs ?

 

WIEZE BIER INNOVE AVEC LE TOUT PREMIER SNACK DE BIÈRE

BIERE Wieze-Tripel-glas-fles_v002

Wieze Triple a remporté cette semaine sa 5ème médaille en moins de 2 ans. La bière récompensée plusieurs fois présente actuellement une innovation remarquable, à savoir le Wieze Cheese Snack.
Le Wieze Cheese Snack peut être qualifié du premier véritable snack à la bière. Une innovation dans le secteur. Le biscuit, constitué de Gouda vieux affiné pendant 12 mois, est une véritable bombe de saveurs, qui s’associe parfaitement avec une bière de dégustation telle que la Wieze Triple.
Après une analyse approfondie de notre Triple en matière de Foodpairing, nous avons choisi d’ajouter des oignons frais et de l’ail au biscuit au fromage. Le biscuit est constitué de plus de 90 couches différentes de fromage et de pâte feuilletée. Si vous le souhaitez, les biscuits peuvent également être réchauffés au four pour obtenir cette sensation croustillante supplémentaire en bouche.
En automne, Wieze Bier sortira également un emballage spécial pour l’horeca, un petit plat de dégustation à ‘partager’ et à déguster.
“La popularité des bières de dégustation continue d’augmenter ”, selon l’équipe jeune et enthousiaste de Wieze Beer Belgium. Mais une bonne bière de dégustation demande un petit en-cas. À côté de l’assortiment existant de petites saucisses, fromages et chips, rien de spécifique n’est disponible pour une combinaison avec une bière de dégustation. C’est ainsi qu’est née l’idée du ‘perfect match’.

Wieze bier lance également un cadeau spécial à savoir le Delicious Duo, un joli présent qui combine une bouteille de 75cl de Wieze Triple avec le Wieze Cheese Snack. Voici déjà une suggestion sympa pour surprendre les papas lors de la Fête des Pères !
Le Wieze Cheese Snack et le Wieze Delicious Duo seront disponibles dans le commerce à partir de juin 2016.

Contact presse: Alexander Vanlerberghe – +32 479 44 69 45 – www.wiezebier.be
Photos : http://www.wiezebier.be/fr-fr/presse

Source: Belga

Les cheminots seront en grève le mardi 24 mai et aussi le 31 mai

sncb train danois

Un préavis a été déposé par les deux syndicats CGSP CHEMINOTS ET CSC TRANSCOM

L’interruption de la circulation des trains débutera lundi dès 22h et prendra fin le lendemain à la même heure. Tous les cheminots ne sont pas concernés par ce premier mouvement, car les syndicats socialiste et chrétien ont demandé aux agents affectés à la circulation des trains de travailler (accompagnateurs et conducteurs de trains, dépanneurs, etc.).

L’action du 31 mai, concentrée sur les services publics, se déroulera selon le même scénario. La CGSP-Cheminots et la CSC-Transcom appellent toutefois dans ce cas tous les cheminots à y participer. «Les membres de la fédération des services publics de la CSC seront dans les rues de Bruxelles pour exprimer leur ras-le-bol envers les attaques incessantes à l’encontre des services publics», prévient le syndicat chrétien, qui dénonce les économies qui s’accumulent et le manque structurel de personnel.

«On demande à des cheminots d’être de plus en plus productifs mais on les fait travailler dans les mêmes conditions, qu’ils aient 58 ans ou 22 ans», illustre la CSC-Transcom.

Le syndicat socialiste exige notamment le respect de l’indexation automatique des salaires ainsi que le maintien du mode de calcul actuel de la pension des agents du secteur public et la prise en compte de la pénibilité du travail pour déterminer la durée et l’âge de départ.
cgsp cheminots

Source : Belga