Titre obligatoire

Emissions à venir

Nord de France : Régionales 2015 : « La Voix du Nord » s’engage contre le FN, qui menace de lui couper les subventions

La Voix du Nord publie, lundi 30 novembre en « une », une image de Marine Le Pen sous le titre « Pourquoi une victoire du FN nous inquiète », faisant référence aux régionales des 6 et 13 décembre. Dans leurs pages, le quotidien et Nord Eclair (autre quotidien du groupe, les deux journaux publient la même double page sur le sujet) énumèrent les raisons de son opposition au parti de la présidente du FN, donnée vainqueur au premier tour dans la région Nord – Pas-de-CalaisPicardie.

Elle recueillerait 42 % des intentions de vote, devant Xavier Bertrand (LR) à 24 % et Pierre de Saintignon (PS) à 17 %, selon un sondage BVA pour La Voix du Nord.

Dans son éditorial, Jean-Michel Bretonnier écrit :

« Le Front national n’est (…) pas la solution, mais il apparaît pourtant aux yeux de beaucoup d’électeurs comme leur dernière chance. Dans notre région notamment, le parti de Marine Le Pen surfe sur le rejet violent de la classe politique, droite et gauche confondues. S’installe alors cette fausse logique qui veut que le FN réussisse là où les autres ont failli, puisqu’il est différent. Or, tout n’a pas échoué depuis trente ans, et le pire est toujours possible. »

« Un tract du Parti socialiste », pour Mme Le Pen

La présidente du Front national a réagi, sur RTL, qualifiant de « profondément scandaleuse » cette décision éditoriale.

« Ils font deux pages aujourd’hui, ils feront deux pages demain. C’est un tract pour le Parti socialiste, mais c’est la contrepartie des 9 millions de subventions qu’ils ont touchés de la part du conseil régional socialiste. »

En représailles, elle annonce son souhait de supprimer ces subventions qui posent, selon elle, un « problème éthique et déontologique ».

« Ces médias sont achetés par un exécutif et, le moment venu, ils rendent la monnaie de l’énorme subvention qu’ils ont touchée. Nous considérons que les 1,5 million qui sont accordés par an au groupe La Voix du Nord ne correspondent pas à un intérêt régional dans une région où il y a un million de pauvres. C’est la raison pour laquelle ils nous attaquent, ils cherchent à défendre leurs subventions alors qu’il y a un million de pauvres dans notre région. »

Dans la matinée, l’équipe de campagne de Marine Le Pen a diffusé un communiqué disant qu’elle « n’a[vait] pas été contactée, n’a[vait] pu exposer son point de vue, exer[çait] dès aujourd’hui son droit de réponse et prépar[ait] un référé devant le TGI de Lille en cas de non-parution ».

Outrance et approximation

 

Pour Jean-Michel Bretonnier, la présidente du Front national est « dans l’outrance et l’approximation », explique-t-il sur Europe 1. « Il faut que les choses soient très claires, nous ne recevons aucune subvention directe du conseil régional », souligne le rédacteur en chef. Il s’agit d’aides à la production pour des courts et longs-métrages ensuite diffusés sur la chaîne de télévision Weo, qui appartient au groupe Rossel-La Voix.

La Voix du Nord est dans son rôle qui est « d’informer et d’expliquer », ajoute son rédacteur en chef : « Nous sommes dans une situation inédite avec un Front national qui est désormais aux portes du pouvoir d’une région. On a le droit de voter pour le Front national et nous avons le droit, en fonction de nos convictions, de notre passé et de notre vision de l’avenir, de considérer qu’il y a là un danger pour la région », explique-t-il. Et de conclure que les journalistes de La Voix du Nord ne sont pas, selon lui, « des acteurs politiques ».

Au début du mois de novembre, La Voix du Nord s’en était pris aux propositions du FN en matière de santé en signalant celle consistant à « éradiquer toute immigration bactérienne ». Cette position avait suscité l’indignation de ses adversaires, le FN parlant d’« un lapsus ».

source : lemonde.fr

Gambie Le président décrète l’interdiction de l’excision

Le président gambien Yahya Jammeh a déclaré lundi soir que l’excision était interdite avec effet immédiat. Un énorme pas en avant pour ce pays où cette mutilation est imposée aux trois quarts de la population féminine.

Le président gambien Yahya Jammeh a décrété l’interdiction de l’excision, avec effet immédiat, soulignant que cette pratique très répandue dans le pays n’était pas dictée par l’islam et devait par conséquent être abolie, a annoncé mardi le ministre de l’Information.

Le président Jammeh « a déclaré il y a quelques minutes que la mutilation sexuelle féminine (FGM en anglais, excision, NDLR) était interdite avec effet immédiat », a écrit le ministre, Sherrif Bojang, sur sa page Facebook, dans la nuit de lundi à mardi.

« Le président a fait cette déclaration la nuit dernière (lundi) lors d’un rassemblement à Kanilai », sa localité natale, sous les applaudissements des femmes de l’assistance, a précisé mardi le ministre, interrogé par l’AFP.

Cette décision vise à « la protection des fillettes », a assuré M. Bojang, soulignant que le chef de l’Etat l’avait motivée par l’absence de justification religieuse de cette pratique dans l’islam.

M. Jammeh a prévenu les parents et les autorités locales qui ne respecteraient pas cette interdiction qu’ils subiraient des sanctions.

Selon les commentateurs, les peines devraient être alignées sur celles prévues par la loi en cas de coups et blessures volontaires.

« Je ne m’y serais jamais attendue en un million d’années »

Le quotidien britannique The Guardian, qui a lancé en 2014 une campagne mondiale contre l’excision, avec notamment, en coopération avec le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), un prix de reportages sur l’excision en Afrique en 2015, cite mardi la réaction enthousiaste d’une militante de l’abolition de cette pratique en Gambie.

« Je suis vraiment impressionnée que le président ait fait ça. Je ne m’y serais jamais attendue en un million d’années », a déclaré Jaha Dukureh au journal, se disant « fière de (son) pays ».

Selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), la Gambie est l’un des dix pays, tous africains, où l’excision est le plus pratiquée, touchant environ trois quarts de la population féminine.

Parvenu au pouvoir par un coup d’Etat sans effusion de sang en 1994 puis constamment réélu depuis 1996, Yahya Jammeh dirige d’une main de fer la Gambie, petit Etat anglophone d’Afrique de l’Ouest enclavé dans le territoire du Sénégal, hormis sa façade atlantique.

source: parismatch.com

 

 

Évolution des Moeurs en Gambie : Enfin l’excision interdite!!!

Posté par Santé, Bien-être, Colore Ta Nature – Pacifique FM sur vendredi 27 novembre 2015

D’où vient la COP21 ?

COP est un acronyme anglais qui signifie « conference of parties », les « parties » étant les Etats signataires de la convention sur le climat. Celle qui s’ouvre à Paris est le 21ème du genre depuis la première qui s’est déroulée à Berlin en 1995.

DROIT INTERNATIONAL. En 1992, lors du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro, les Etats membres de l’ONU tirent les conséquences des premiers travaux des climatologues réunis au sein du GIEC depuis 1988. La Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC)* est un texte juridique de droit international fondateur qui engage les 196 signataires à tout faire pour lutter contre le réchauffement climatique. Il entre en vigueur en mars 1994 après ratification par les Parlements nationaux. Pour engager concrètement l’action et s’entendre sur le partage des efforts à accomplir en matière de réduction de gaz à effet de serre, les Etats se retrouvent donc pour une conférence annuelle des parties signataires de la convention dont la première se déroule en décembre 1995 à Berlin.

En 1997, le Protocole de Kyoto à la COP3 constitue le premier accord juridiquement contraignant. Les pays développés admettent qu’ils ont une responsabilité historique sur le changement climatique puisqu’ils émettent des gaz à effet de serre depuis le début de l’ère industrielle à la fin du XVIIIème siècle. Aussi acceptent-ils des réductions de leurs émissions alors que les pays en voie de développement s’en voient exonérés. Les industriels sont soumis à des quotas d’émissions qu’ils peuvent respecter en investissant dans les pays en voie de développement via des mécanismes de développement propre (MDP). L’accord est prévu pour une première phase courant jusqu’en 2012. Malheureusement, il ne rentrera juridiquement en vigueur qu’en 2005 après qu’un nombre suffisant de pays l’ait ratifié. Entretemps, en 2001, le premier émetteur de gaz à effet de serre de l’époque, les Etats-Unis, décide de ne pas participer au protocole.

Laurent Fabius visite le site du Bourget qui accueillera la COP21 à partir du 30 novembre. ( Crédit: Alain Jocard / AFP)

Une négociation sous la pression du temps

FARDEAU. Les COP annuelles se sont donc rapidement retrouvées sous la pression du temps. Les outils mis en place par le protocole de Kyoto (marchés d’émissions, engagements nationaux de réduction des gaz à effet de serre, MDP) devaient pouvoir être étendus au monde entier et être juridiquement sécurisés par une prolongation jusqu’en 2020. C’est ce qui devait être décidé à Copenhague en 2009 lors de la COP15. Cependant, en 14 ans, la donne économique a complètement changé. Le développement extrêmement rapide de la Chine a permis au pays de ravir aux USA la place de premier émetteur de CO2. Le «partage du fardeau » devient ainsi une question épineuse. Si la Chine et les pays en voie de développement dénoncent toujours la responsabilité historique des pays développés, ceux-ci rétorquent qu’aujourd’hui, les émergents sont les plus polluants.

Copenhague capote. Sauf qu’en dernier recours, émerge un texte court de deux pages qui pose l’objectif de limiter le réchauffement planétaire à 2°C en 2100 par rapport au début de l’ère industrielle. Comme 0,85°C de hausse ont déjà été enregistrés, la communauté internationale admet qu’il ne reste que 1,15°C de marge. Voilà tout l’enjeu de la COP21 : obtenir un accord multilatéral qui débutera en 2020.

Depuis Copenhague, des bases plus solides ont été bâties. A Durban (Afrique du Sud) en 2011 pour la COP17, chaque Etat a accepté de se donner des objectifs de réduction des gaz à effet de serre, les  « contributions nationales volontairement déterminées« . 170 Etats couvrant 90% des émissions de GES ont répondu à l’exercice. On a donc dépassé la question du partage du fardeau. Mais ces engagements ne sont malheureusement pas suffisant pour contenir les émissions à 2°C, et tendent plutôt vers 3°C. A la COP21, les négociateurs et les chefs d’Etat et de gouvernement devront donc définir un nouveau cadre juridique encadrant des trajectoires plus volontaristes.

Pressions, alliances et tractations. Une négociation internationale n’est jamais simple. Elle ne se déroule pas en multilatérales entre états, mais plutôt en groupe de pressions de pays qui ont les mêmes intérêts. Les pays développés hors Union Européenne se retrouvent dans le groupe de l’ombrelle. C’est là qu’on y trouve les pays riches les plus réticents comme l’Australie, le Canada, le Japon, les Etats-Unis. Les 130 pays en voie de développement sont regroupés sous l’étiquette G77. Ce groupe est éclaté en plusieurs entités. Les «like minded developing countries » (ceux qui pensent pareil) regroupent des pays qui ont la même position : priorité du développement sur l’environnement et exigence d’investissements et transferts de technologie accrus des pays riches. On y retrouve entre autres la Bolivie, la Chine, Cuba, l’Inde, le Mali, la Malaisie, l’Arabie Saoudite. L’Alliance des petits états insulaires (AOSIS) fédère ces îles très menacées par la montée du niveau des océans. L’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (Alba) allie les Etats du nord de l’Amérique latine et des Caraïbes. Plus gros et plus développés, Brésil, Afrique du Sud, Inde et Chine constituent un club à part. La liste n’est pas close et peut s’enrichir à Paris de nouvelles alliances de circonstances.

* Source :  la convention-cadre des Nations Unies (PDF, 177 Ko)

<div id= »fb-root »></div><script>(function(d, s, id) {  var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];  if (d.getElementById(id)) return;  js = d.createElement(s); js.id = id;  js.src = « //connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v2.3″;  fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));</script><div class= »fb-post » data-href= »https://www.facebook.com/pacifiquefm/posts/526514797524325″ data-width= »500″><div class= »fb-xfbml-parse-ignore »><blockquote cite= »https://www.facebook.com/pacifiquefm/posts/526514797524325″><p>La COP21 vient de o&#xf9; ?</p>Posté par <a href= »https://www.facebook.com/pacifiquefm/ »>Pacifique FM – Officiel</a> sur&nbsp;<a href= »https://www.facebook.com/pacifiquefm/posts/526514797524325″>mercredi 25 novembre 2015</a></blockquote></div></div>

Attentats à Paris: La sœur d’une victime nordiste appelle au boycott de l’hommage national

« Non merci, monsieur le Président ». La famille du Lambersartois François-Xavier Prévost, tué lors de l’attaque terroriste du Bataclan, le 13 novembre, refuse de participer à l’hommage national qui sera rendu aux victimes ce vendredi. Un long message, publié sur la page Facebook «We miss you FX», et relayé sur le profil de sa sœur Emmanuelle, explique les raisons de ce boycott.

victimes-bataclan
François-Xavier avait 29 ans. Originaire de Lambersart, près de Lille, il se trouvait en compagnie de deux amis au Bataclan lors des attaques terroristes, vendredi 13 novembre. Il est mort sous les balles des assaillants.

Lundi, la sœur de François-Xavier, Emmanuelle, a indiqué que la famille du jeune homme n’assisterait pas à l’hommage national rendu aux victimes qui doit avoir lieu ce vendredi. « Nous refusons cette main tendue par les représentants politiques de la France, écrit-elle ». Parce que, depuis la tuerie de Charlie Hebdo, en janvier, « rien n’a été fait » et, que dix mois plus tard, « les mêmes hommes sont en mesure de recommencer ».

La jeune femme fustige le gouvernement, en dénonçant, notamment, le fait qu’en France, « il est possible d’être en lien avec un réseau terroriste, de voyager en Syrie, et de revenir, librement », que « des personnes fichées S circulent librement » ou encore qu’il ait fallu attendre le 13 novembre pour « se poser la question de la dissolution » de mosquées « recensées comme étant radicales ».

Soutenue par le maire de Lambersart

Le député-maire de Lambersart, Marc-Philippe Daubresse (LR), s’est d’ailleurs associé au message d’Emmanuelle Prévost via un commentaire laissé sur la page Facebook de cette dernière : « On ne peut s’empêcher de se demander combien de vies auraient pu être sauvées si les pouvoirs publics avaient agi plus tôt ».

Une des dernières phrases enfonce le clou : « Non merci Monsieur le Président, Messieurs les politiciens, mais votre main tendue, votre hommage, nous n’en voulons pas et vous portons comme partie responsable de ce qui nous arrive ».

Cet appel de la famille du jeune homme a déjà été partagé plusieurs milliers de fois et les commentaires de soutien, eux aussi, se comptent par milliers.

 

Source :20minutes.fr

Etre musulman aujourd’hui : le sketch qui cartonne!


Depuis quelques jours, un YouTubeur bruxellois fait un tabac avec son sketch «Être musulman aujourd’hui». À tel point qu’il a été invité par Le Grand Journal de Canal +, hier soir.

abdel musulman
«Franchement, avec tout ce qui se passe dans le monde, être musulman aujourd’hui, c’est chaud. Je veux dire que si le monde était un jeu vidéo, il y aurait le mode facile, moyen, difficile, impossible, musulman. Tu peux finir le jeu mais sans la manette.»

Drôle et impertinent, le sketch d’Abdel en vrai, un humoriste bruxellois, rencontre un franc succès sur YouTube. Déjà visionnée par plusieurs milliers d’internautes, la vidéo, sans prétention, a le mérite de détendre l’atmosphère tendue de ces derniers jours. Si bien que son auteur a même été invité à en parler sur le plateau du Grand Journal. L’occasion aussi pour Abdel en vrai de s’expliquer sur la présence, en fin de vidéo, du controversé Cheikh égyptien Mohamed Hassan.

Source :lavenir.net

C'est quoi être musulman aujourd'hui ? ( vidéo )

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mardi 24 novembre 2015

INFO FRANCE 2. Le groupe de Saint-Denis se préparait à commettre des attentats à Roissy et à La Défense

Pour les enquêteurs, ce groupe de Saint-Denis constitue une quatrième équipe, en plus des trois déjà impliquées dans les attentats perpétrés à Paris.

Le groupe terroriste de Saint-Denis, visé part un assaut mercredi 18 novembre au petit matin, se préparait à commettre des attentats, notamment à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle et au centre commercial des Quatre Temps, à La Défense (Hauts-de-Seine), selon les informations de France 2, s’appuyant sur des sources policières. « Tout laisse à penser que le commando pouvait passer à l’acte », a déclaré mercredi soir le procureur de Paris, François Molins, sans toutefois préciser les cibles éventuelles de ce même commando.

Pour les enquêteurs, ce groupe jihadiste constitue une quatrième équipe, en plus des trois déjà impliquées dans les attentats perpétrés à Paris, vendredi 13 novembre, dans lesquels au moins 129 personnes ont trouvé la mort.

Mercredi, des policiers lourdement armés ont mené un assaut à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), aux portes de Paris et qui s’est soldé par deux morts et sept interpellations. Des vérifications sont en cours pour savoir si le jihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, commanditaire présumé de ces attaques, se trouvait dans l’appartement ciblé. L’un des deux morts est une femme, qui a déclenché son gilet explosif au début de l’assaut, un acte sans précédent en France.

Abaaoud dans le viseur des enquêteurs

L’intervention des forces de police avait pour but de dénicher Abdelhamid Abaaoud, surnommé Abou Omar Soussi ou Abou Omar Al-Baljiki, membre de l’organisation Etat islamique (EI). Grâce à « la téléphonie », les « surveillances » et les « témoignages », les policiers disposaient d’éléments laissant penser qu’il était « susceptible de se trouver dans un appartement » à Saint-Denis, a expliqué mercredi midi le procureur de la République de Paris.

Trois personnes ont été interpellées et aussitôt placées en garde à vue. En plus de la femme kamikaze, un homme a été retrouvé mort « à l’issue de l’opération, atteint par des projectiles et des grenades ». Deux autres personnes ont été interpellées « alors qu’elles étaient en train de se cacher dans les gravats », a précisé le procureur.

Deux personnes ont été arrêtées à proximité et placées en garde à vue. Il s’agit d’un homme qui a expliqué à l’AFP avoir hébergé deux personnes « qui venaient de Belgique », à la demande d’un ami, et d’une de ses connaissances. Les personnes tuées et arrêtées dans l’appartement sont en cours d’identification.

source : francetvinfo.fr

 

Selon des sources policières le groupe de Saint Denis à Paris était pr^t pour des attentats notamment à Roissy-Charles de Gaulle et à la Defense.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur jeudi 19 novembre 2015

Attentats de Paris: les images terrifiantes des caméras de surveillance d’un restaurant dévoilées

Presque une semaine après les attentats de Paris, un site internet publie des images glaçantes filmées à l’intérieur d’un restaurant pris pour cible par les terroristes.
paris restaurant attentat

Le site du Daily Mail publie ce matin l’enregistrement filmé par les caméras de surveillance d’un restaurant pris pour cible par les terroristes le vendredi 13 novembre à Paris.

Sur ces images, on peut clairement apercevoir l’un des auteurs de la fusillade tirer sur les personnes présentes sur la terrasse de ce restaurant. L’auteur de la fusillade n’est pas masqué. A un moment donné, l’homme s’approche de la porte de l’établissement et semble regarder les corps étendus devant lui en continuant à tirer à l’aide de sa kalashnikov.

Instinct de survie

Ces images témoignent aussi de l’extrême instinct de survie dont plusieurs personnes ont fait preuve, n’hésitant pas à courir pour se mettre à l’abri à l’intérieur du bar, ou en faisant semblant d’être mort alors que le terroriste enjambe des corps, à quelques mètres d’eux. En effet, une fois que l’homme embarque dans le véhicule qui semblait l’attendre, on peut clairement apercevoir deux femmes qui étaient étendues sur la terrasse se relever et se mettre à courir.

Deux femmes se serrent dans les bras

Au moment où la fusillade a éclaté, une autre caméra de surveillance capturait les faits à partir d’un autre angle, à l’intérieur de l’établissement. On y voit un barman en train d’expliquer à une serveuse comment plier des serviettes. Aux premières détonations, l’homme se baisse, emprunte l’escalier et fuit dans la cave du restaurant. La serveuse, âgée d’une vingtaine d’années, se baisse et est assez vite rejointe par une cliente qui a miraculeusement fui à travers la rafale de tirs. Les deux femmes sont baissées. Elles se serrent dans les bras avant de descendre, à leur tour dans la cave.

Presque une semaine après l’attentat de Paris, c’est la première fois que de telles images sont diffusées.

source : rtl.be

Vidéos terrifiantes d'un des restaurants prit pour cible par les terroristes à Paris.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur jeudi 19 novembre 2015

Conférence-débat sur les dérives de l’Internet et les moyens pratiques d’en protéger les jeunes

Ce jeudi 19 novembre 2015 à 19h15, l’Internat provincial mixte de Nursing à Tournai organise une conférence-débat sur les dérives de l’Internet et les moyens pratiques d’en protéger les jeunes, à destination des ses internes.

internet

Internet, Facebook, Youtube et les autres. Ce sont les terrains d’aventure de notre jeunesse et si, en apparence, ils semblent moins dangereux que ceux de jadis, ils recèlent d’autres pièges d’autant plus insidieux qu’ils se cachent derrière le masque rassurant d’un écran.

Ces pièges, on les connaît : images « douteuses », invitations à des rencontres « pernicieuses » et toutes les manipulations possibles. Comment distinguer le faux du vrai, le « bienveillant » du « pervers », l’invraisemblable du réel et surtout le danger ?

Ces dérives, quasi permanentes, trouvent dans l’insouciance des jeunes un terreau fertile dans lequel peuvent se développer bien des malentendus. Sans oublier le fait que les réseaux sociaux deviennent parfois (souvent) les canaux de la moquerie, du refus de la différence, voire de ce qui relève du harcèlement.

Confrontés à cette réalité, les jeunes, leurs parents ou encore les enseignants ou éducateurs sont souvent désarmés et ne peuvent que reconnaître une certaine incompétence face à ces nouveaux défis éducatifs. Pourtant, il existe des outils pratiques qui permettent de repérer les problèmes et de trouver les solutions, tant sur le plan psychologique que technique, sans oublier le cadre de la loi.

Ces outils seront présentés, de manière très concrète et dynamique, par Olivier Bogaert, Commissaire de la Computer Crime Unit.

Informations pratiques
Marie-Ange Voet
Lieu : Internat mixte de Nursing de Tournai
Boulevard Albert 1er, 1
7500 Tournai
Date : jeudi 19 novembre 2015 à 19h15
Renseignements : +32 (0)69 23 24 26 ou 0475/74.98.80

Les dérives d'internet et s'en prévenir.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mercredi 18 novembre 2015

Anonymous lance une guerre contre l’etat islamique suite aux attentats de Paris ( vidéo )

À la suite des évènements de vendredi soir, le groupe des Anonymous n’a pas tardé à réagir. Comme vous avez certainement pu le voir ce week-end sur Hitek.fr, les Anonymous ont dévoilé un message annonçant qu’ils étaient désormais en guerre contre l’État islamique et qu’ils organisent une grosse opération contre DAESH. Voici ce message

anonymous vs ei

Seulement deux jours après la diffusion de la vidéo ci-dessus, les Anonymous ont dévoilé une liste de 9200 comptes Twitter liés au groupe djihadiste. Une liste qui avait déjà été publiée en mars dernier.

C’est sur ce site que la liste refait désormais surface puisque les Anonymous veulent pousser Twitter à faire disparaitre ces comptes une bonne fois pour toutes, ce qui n’a pas été fait la première fois.

De nombreux comptes sont ajoutés régulièrement. Vous pouvez notamment consulter cette liste Twitter qui balance les comptes au fur et à mesure qu’ils sont découverts

Une guerre cybernétique est lancée par Anonymous contre l'EI

Posté par Pacifique FM – Officiel sur lundi 16 novembre 2015

Attaque du Bataclan : le jour d’après dans la rue ( vidéo )

Témoignages , sentiments au lendemain des attentats dans le quartier du Bataclan.
boulevard voltaire Paris

Attaque du Bataclan : le jour d'après… par LePoint

Le jour d'après au Boulevard Voltaire ( vidéo )

Posté par Pacifique FM – Officiel sur dimanche 15 novembre 2015