Titre obligatoire

Emissions à venir

nov
19
dim
2017
15:00 Fred’s Country
Fred’s Country
nov 19 @ 15:00
Fred's Country
Fred’s Country – Samedi de 7h à 8h Le samedi de 7h à 8h Musique country avec Fred’s La musique Country de Tradition avec Frederic (Fred) Moreau. Le programme Fred’s Country est diffusé sur 47[...]
17:00 British Connection
British Connection
nov 19 @ 17:00 – 19:00
British Connection
BRITISH CONNECTION L’EMISSION ROCK : diffusée chaque semaine sur des radios FM & web en France, Belgique, Suisse, Canada, La Réunion & web.  
19:00 FREQUENCE ROCK CONCERTS INTERNAT...
FREQUENCE ROCK CONCERTS INTERNAT...
nov 19 @ 19:00
Découvrez pendant 1h00 de concert de grand groupes internationaux.
20:00 Fréquence Rock – Stéphane et Wal...
Fréquence Rock – Stéphane et Wal...
nov 19 @ 20:00
Fréquence Rock - Stéphane et Wallace
Fréquence Rock – Dimanche de 20h à 22h Dimanche de 20h à 22h Fréquence Rock avec Wallace et Stéphane Chaque dimanche, les studios de Pacifique FM se transforment en salle de concert. Des groupes régionaux[...]

View Calendar

L’Europe autorise un nouveau pesticide toxique pour les abeilles

Le Sulfoxaflor, pesticide autorisé en Europe depuis juillet, vient d’être interdit dans une grande partie des Etats-Unis suite à une plainte des associations de protection de l’environnement et des pollinisateurs, à cause de ses dégâts alarmants sur les abeilles. Les autorités sanitaires européennes laissent pourtant deux ans à l’agrochimie pour prouver le contraire : deux ans pendant lesquels le produit sera commercialisé, et les abeilles décimées.

En juillet dernier, la Commission européenne autorisait l’utilisation d’un nouveau pesticide sur les cultures en Europe, le sulfoxaflor. Cette nouvelle substance active est un insecticide neurotoxique très similaire à l’action des pesticides néonicotinoïdes. Une autorisation étonnante compte tenu du moratoire en cours sur trois néonicotinoïdes (Clothianidine, Thiametoxame, et Imidaclopride), notoirement responsables de la disparition massive des abeilles en Europe et dans le monde.

Autorisation encore plus surprenante au regard du rapport de l’EFSA, l’autorité sanitaire européenne chargée d’évaluer la toxicité des substances pour décider de leur mise sur le marché : l’institution émet un avis positif… tout en reconnaissant « un risque élevé pour les abeilles »…

Quand la porte se ferme, l’industrie agrochimique passe par la fenêtre

Petit rappel. En 2013, trois substances sont rendues coupables par des centaines d’études scientifiques indépendantes de décimer les populations d’abeilles. Face à ce constat, et poussée par les associations et les citoyens, la Commission Européenne décide d’interdire partiellement et provisoirement ces substances : un moratoire qui prend fin en décembre prochain.

Une fois encore, l’industrie a un coup d’avance. Elle obtient la mise sur le marché de nouvelles substances très proches des néonicotinoïdes, encore sous-étudiées par la communauté scientifique, mais dont même les autorités sanitaires reconnaissent la dangerosité pour les abeilles.

L’EFSA a annoncé qu’elle donnait deux ans à Dow AgroSciences, l’entreprise qui commercialise le sulfoxaflor, pour prouver son innocuité sur les abeilles. Il s’agit donc d’autoriser un produit, de le laisser faire des dégâts irréparables sur les pollinisateurs et l’environnement, et faire ce constat dans deux ans et le retirer du marché…

Abeilles décimées aux Etats-Unis, le sulfoxaflor interdit

Deux ans, c’est le temps qu’il a fallu aux organisations apicoles et citoyennes américaines pour faire reconnaître la dangerosité du sulfoxaflor, et faire annuler son autorisation de mise sur le marché.

En 2013, l’EPA, l’autorité sanitaire américaine, autorisait cette substance sans en analyser l’impact sur les abeilles. Apiculteurs, citoyens, et défenseurs de l’environnement tirent la sonnette d’alarme, et s’organisent pour attaquer la décision de l’EPA en justice.

Un procès qu’ils viennent de remporter, puisqu’une cour d’appel américaine vient de faire annuler l’autorisation de mise sur le marché du sulfoxaflor, en estimant que l’EPA avait violé la loi fédérale en autorisant cette substance sans disposer d’études sur son impact sur les abeilles.

Gagnons deux ans pour nos abeilles

De toute évidence, la procédure suivie par l’EFSA en Europe est tout aussi irrégulière que celle de son homologue américaine l’EPA.

A moins d’une mobilisation rapide et massive, le scénario américain laisse présumer de ce qu’il va se passer dans les deux prochaines années : le sulfoxaflor sera utilisé massivement sur les cultures, causant des dégâts irréparables sur les abeilles et autres pollinisateurs essentiels pour l’agriculture, les apiculteurs vont tirer la sonnette d’alarme, suivis par les citoyens, les scientifiques, les associations concernées… Il faudra se battre pour obtenir le retrait de ces pesticides, l’industrie agrochimique, qui aura engrangé des bénéfices sur un pesticide reconnu comme dangereux dès le départ, résistera avec la force qu’on lui connait et en 2017, lorsque l’EFSA demandera des comptes, s’engagera une bataille scientifique comme celle qui est actuellement en cours concernant les trois autres néonicotinoïdes en passe d’être interdits.

POLLINIS prépare d’ores et déjà la riposte avec une grande campagne de mobilisation dans les semaines à venir.

Références :

EFSA (European Food Safety Authority), 2014. Conclusion on the peer review of the pesticide risk assessment of the active substance sulfoxaflor. EFSA Journal 2014;12(5):3692, 170 pp. doi:10.2903/j.efsa.2014.3692
« Data gaps were identified in the Section on ecotoxicology. With the available assessments a high risk to bees was not excluded for field uses. A high long-term risk was indicated for the small herbivorous mammal scenario for field uses in vegetables and in cotton.«

Décision de la cour d’appel américaine : http://earthjustice.org/sites/default/files/files/sulfoxaflor-opinion.pdf

 

Source : pollinis.org

Pesticides toxiques autorisés en Europe et interdits aux USA……

Posted by Pacifique FM – Officiel on mercredi 30 septembre 2015

Animations pédagogiques à La Maison de Léaucourt Semaine de l’arbre : Le charme

Dans le cadre de la Semaine de l’arbre consacrée cette année au charme,
La Maison de Léaucourt propose des animations pédagogiques destinées aux 8-12 ans et à l’enseignement spécialisé.

charme
Une approche multidisciplinaire, déclinée en courtes séquences ludiques (observation à l’extérieur ; utilité pour la nature; usages ; croyances ; bricolage ; dégustation et quiz de synthèse), pour découvrir le charme sous toutes ses coutures et ressentir en finalité combien le végétal est indispensable à la vie.

Période : du mercredi 25 novembre au vendredi 11 décembre
Durée : 2h30
Coût : 3€/élève
Un fascicule remis à chaque enfant participant ; deux affiches et un arbre à planter pour la classe.

léaucourt1

Renseignements et réservations :
La Maison de Léaucourt
069/58-06-13 ou www.lamaisondeleaucourt.be

Léaucourt : la semaine de l'arbre, le charme

Posted by Pacifique FM – Officiel on dimanche 27 septembre 2015

Nuit de la Chauve souris Herinnes ( Pecq ) ce samedi 29 Août

Partons ensemble pour une balade crépusculaire à la rencontre des Chauves-souris, ces petits mammifères aussi discrets qu’utiles.
léaucourt1
Durant cette soirée vous apprendrez à mieux connaitre leur mode de vie et les menaces qui pèsent sur elles. Vous aurez l’occasion de les voir en vol

N’ayez crainte, elles ne risquent pas de s’accrocher à vos cheveux ! Leur système de « radar » est tout à fait performant !

Où: La Maison de Léaucourt
Chemin Des étangs, 12
7742 Hérinnes-lez-Pecq
Téléphone:
069/77.98.10 - Réservation obligatoire
Tarif: Gratuit
Public: de 8 à 65 ans
Internet: http://www.plainesdelescaut.be

Le samedi 29 août de 19:30 à 22:30

La nuit de la chauve souris c'est à Hérinnes ce 29 Août

Posted by Pacifique FM – Officiel on mercredi 26 août 2015

De l’eau de mer qui devient potable grâce à une invention d’un italien.

De l’eau de mer qui devient potable avec cette invention Open Source qui va sauver des millions de vies

eliodomestico1

Le manque d’accès à l’eau potable est l’une des causes principales de mortalité dans les pays pauvres.

Durant ces dernières années, plusieurs efforts ont été déployés pour rendre l’eau de mer potable. Cela nécessitait des centrales qui consommaient énormément d’énergie et était inaccessibles aux pays pauvres.

Le designer italien Gabriele Diamanti, a eu l’idée de rallier deux éléments naturels au service de l’environnement.

Il a crée le « Eliodomestico », un éco-distillateur qui transforme l’eau salée en une eau potable grâce à l’énergie solaire.

Ce projet est destiné aux pays en développement et il permettra à ces populations d’accéder à de l’eau potable à moindre coûts, avec en prime une technique « Open Source ».

Comment fonctionne le « Eliodomestico » ?

eliodomestico

Chaque dispositif Eliodomestico peut produire cinq litres d’eau potable par jour. Ce qui suffit largement pour une famille de 4 personnes.

Le concept est simple, il suffit de mettre de l’eau de mer (eau salée) durant la matinée dans une chaudière spéciale.

Cette chaudière est étanche à l’eau et grâce au soleil (chaleur) l’eau s’évapore tout au long de la journée.

La vapeur passe dans un tuyau de raccordement puis se condense dans le couvercle du bac de récupération.

L’utilisateur peut récupérer l’eau fraîche et potable que contient le bac après le coucher du soleil.

Une idée encore plus satisfaisante pour transporter l’eau potable, il suffit de porter le petit bassin sur la tête (une pratique très répandue).

eliodomestico2

De quoi est fabriqué Eliodomestico ?

Pas besoin d’énergie nuisible ou d’électricité, Eliodomestico est fabriqué à partir de matériaux simples et largement disponibles. Quant à l’entretien, il est simple.

Le créateur de ce concept a aussi mis cette technologie a disposition de toute personne désirant en profiter. Une sorte d’Open Source de la création et de l’invention qui a participé à l’évolution du savoir humain.

Le designer italien Diamanti explique son projet sur cette vidéo :

De l'eau de mer potable, mais oui !

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 11 août 2015

GAIA à Tournai pour dénoncer les tests sur animaux pour les produits d’entretien.( vidéo )

gaia 1

« Ne passez pas l’éponge sur la souffrance animale ! »
L’organisation de défense des animaux GAIA se trouvait ce vendredi dans le centre de Tournai afin d’informer et d’obtenir le soutien du public contre les traitements stressants et douloureux que subissent quelques milliers d’animaux utilisés dans les laboratoires européens chaque année lors de l’élaboration des produits d’entretien. Hier, au stand de GAIA à Namur, le celèbre acteur Benoît Poelvoorde a proposé spontanément sa signature de soutien à notre grande pétition visant à faire interdire ces tests dans l’Union européenne. « Allez les gars, on combat ! » a proclamé l’acteur tout en se prêtant au jeu d’une photo avec l’équipe des bénévoles.
Cette action de GAIA, qui s’inscrit dans le cadre de se traditionnelle tournée d’été, vise cette année à faire interdire les produits d’entretien testés sur les animaux en Belgique mais aussi dans l’Union Européenne, comme cela est déjà le cas depuis 2013 pour les produits cosmétiques. Pour parvenir à cet objectif, GAIA et ses collègues de la Coalition européenne pour mettre fin à l’expérimentation animale (ECEAE) recueilleront au cours des prochaines semaines des signatures de soutien en vue de présenter une pétition au Parlement européen.
« L’interdiction totale des tests sur animaux pour les produits cosmétiques, en vigueur depuis 2013 dans l’Union Européenne, montre qu’il est possible d’atteindre des objectifs ambitieux, pouvant d’épargner à de nombreux animaux une vie de souffrance. » commente Ann De Greef.
« En menant cette grande campagne simultanément en Belgique et dans plusieurs autres pays de l’Union Européenne, GAIA invite vivement nos représentants nationaux et européens élus à étendre cette interdiction aux produits d’entretien, qu’il s’agisse d’expériences de produits finis ou de leurs ingrédients, » a t-elle ajouté. Et de préciser : « Certaines marques bien présentes sur le marché, comme Ecover ou Etamines du Lys, prouvent que cela est déjà possible, puisqu’elles ne pratiquent pas (plus) ce genre de tests. »

Une mise en scène ludique et visuelle
Tout au long des différentes étapes de sa tournée d’été, Les bénévoles de GAIA animeront un stand d’information et de récolte de signatures. Une mise en scène ludique et visuelle est au programme : dans chaque ville, dix danseurs professionnels exécuteront une chorégraphie en rue armés de seaux et de balais sur le morceau « I Want to Break Free » de Queen, dont les paroles s’appliquent à la problématique (les animaux veulent échapper aux tests) et dont le clip montre l’entretien de la maison.
Des tests cruels et obsolètes
En Europe, quelques milliers de lapins, hamsters, rats, souris, cochons d’Inde et poissons continuent de souffrir et de mourir quotidiennement au cours de tests de routine réalisés pour les besoins de produits d’entretien. Ces expériences incluent des tests de toxicité durant lesquels ces animaux sont exposés à de multiples produits chimiques toxiques, provoquant de nombreuses souffrances comme des vomissements, des convulsions, des hémorragies internes et des dommages aux organes. De plus, même lorsque le test n’est pas fatal, ces animaux sont habituellement tués ensuite.
En attendant une législation étendue aux produits d’entretien, les consommateurs peuvent se tourner vers les produits d’entretien non testés sur des animaux. Une liste de ces produits se trouve sur gaia.be.

gaia0

gaia 3

gaia 2

 

 

GAIA était sur la Grand Place de Tournai ce vendredi 31 juillet,

Posted by Pacifique FM – Officiel on dimanche 2 août 2015

IPALLE vous remercie ! Wallonie Picarde et Sud-Hainaut 57.000 livres collectés

ipalle2

Les 26 parcs à conteneurs de l’intercommunale Ipalle ont accueilli une grande
collecte de livres, samedi dernier. Et pour une première, ce fut une réussite
puisque pas moins de 57 m³ de livres ont été déposés dans les parcs à
conteneurs de Wallonie picarde et du Sud-Hainaut. Sachant qu’un m³ comprend
en moyenne 1.000 livres, ce sont donc quelque 57.000 livres qui vont pouvoir
faire le bonheur de nombreux jeunes et moins jeunes lecteurs !
Cette action était menée sur l’ensemble de la Wallonie et au total, plus de
450.000 livres ont été collectés et sont distribués par les intercommunales de
gestion des déchets à travers leur large réseau de partenariats locaux
(associations, écoles, bibliothèques…). Un geste citoyen à la fois
environnemental et social : donner une seconde vie à un objet, c’est éviter d’en
faire un déchet et un livre qui vous a plu pourra encore faire plaisir à d’autres
lecteurs…

IPALLE à récolté 57.000 livres !

Posted by Pacifique FM – Officiel on vendredi 26 juin 2015

En quoi la consommation d’huile de palme influe sur notre santé et notre environnement ?

 

fruits-huile-de-palme

Qu’est-ce que l’huile de palme ?

On obtient l’huile de palme en pressant à chaud la pulpe des gros fruits rouges du palmier à huile. Elle est principalement utilisée dans l’agroalimentaire, appréciée pour sa consistance et sa durée de conservation. On la retrouve dans d’autres produits de consommation courante comme le dentifrice ou le rouge à lèvres, mais aussi comme agrogazole (carburant à base d’huile végétale) pour les moteurs diesel.

Originaire du golfe de Guinée, en Afrique, le palmier à huile est cultivé de façon industrielle en Asie du Sud-Est, en Indonésie et en Malaisie (85 % de la production mondiale). D’autres pays, comme la Colombie et le Brésil, se sont lancés dans la culture de cette plante pour faire face à la demande mondiale.
Quelles répercussions sur la santé ?

On trouve de l’huile de palme dans de nombreux produits alimentaires, parfois seulement sous l’étiquette « huile hydrogénée » ou « graisses végétales ». La liste est longue : pâte à tartiner, biscuits, plats préparés, gâteaux apéritifs ou encore crèmes glacées. De fait, un Européen moyen consomme environ douze litres d’huile de palme par an, selon l’ONG environnementale les Amis de la Terre.

La forte concentration en acides gras saturés peut provoquer des maladies cardiovasculaires, mais ces mêmes acides, qui se trouvent dans d’autres aliments comme le fromage ou la viande, augmentent le bon cholestérol.

Quelle incidence environnementale ?

Selon un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la culture du palmier à huile serait responsable de 17 à 27 % des déforestations en Indonésie, et 80 % en Malaisie. En effet, la culture de cette plante, qui ne pousse que dans la zone équatoriale, entre en conflit avec la forêt dense.

La biodiversité est menacée par ce phénomène de déforestation. Chaque année, de nombreuses espèces endémiques, dont 5 000 orangs-outans, seraient victimes de l’exploitation des palmeraies en raison de la réduction de leur milieu de vie.

Pour préserver l’environnement et freiner la déforestation, l’huile de palme biologique pourrait représenter une solution. Cependant, le quotidien britannique The Guardian rapportait en 2010 que 126 paysans colombiens avaient été expropriés par l’entreprise Daabon Organic pour développer une nouvelle plantation.

Quels sont les mécanismes de contrôle ?

Sur son site Internet, Ferrero affirme que l’huile de palme contenue dans tous les pots de Nutella est « certifiée 100 % ségréguée [l’huile de palme durable est séparée de l’huile de palme non durable] par la RSPO » – sans préciser ce qu’est la RSPO.

Association internationale à but non lucratif, la Table ronde pour une huile de palme durable (RSPO) réunit depuis 2004 toute la filière huile de palme, des producteurs aux utilisateurs, en passant par les transformateurs ou les ONG environnementales, comme WWF. Elle compte parmi ses membres de nombreuses entreprises productrices d’huile de palme… dont Ferrero.

Au total, RSPO certifie 18 % de la production mondiale d’huile de palme. L’organisme affirme que ses pratiques permettent de « réduire la déforestation, de préserver la biodiversité, et de respecter […] les droits fondamentaux et les conditions de vie de millions de travailleurs dans les plantations, de petits agriculteurs et de populations autochtones ».

Or, le rapport de l’association Les Amis de la Terre souligne que la RSPO classe les forêts en deux catégories : les forêts « primaires ou à haute valeur pour la conservation » qui sont protégées, tandis que les forêts dégradées ou secondaires peuvent être rasées.

Contrairement à la certification biologique, l’huile de palme « durable » (certifiée par la RSPO) tolère la présence du pesticide paraquat, selon ce même rapport. La présence, même à faible dose, de ces produits phytosanitaires neurotoxiques dangereux peut porter atteinte à la digestion ou provoquer une insuffisance rénale.

Ferrero veut, également, aller plus loin que les engagements pris par la RSPO. Sa Charte sur l’huile de palme prévoit de « garantir la traçabilité du produit tout en luttant contre la déforestation » et de préserver l’environnement. Elle est contrôlée par l’organisme The Forest Trust (TFT), dont le but est d’aider les entreprises et les usines à respecter l’environnement et améliorer la vie des populations locales.

Dans le cas de Ferrero, TFT apporte un label qui montre que les produits ne sont pas issus de la déforestation. Mais là aussi, l’association les Amis de la Terre apporte une nuance de taille : le système de traçabilité TFT ne garantit pas, comme le fait le label FSC (Forest Stewardship Council), que le bois vient d’une forêt gérée durablement. Il assure seulement que la gestion forestière est en cours d’amélioration, ce qui représente « un risque de confusion pour le consommateur » selon l’association.

Source : Le Monde

L'huile de palme c'est quoi au fait ?

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 23 juin 2015

Fermeture manu militari et sans sommation d’ECOTOPIA sur ordre de la bourgmestre d’Esneux Laura IKER (MR)

ecotopia1

Esneux, en périphérie Liégeoise, le site de l’association ECOTOPIA vient d’être fermé par la police ce jeudi 18 juin 2015, sur ordre de la bourgmestre. Les jardiniers amateurs ou bénévoles, les artistes et jusqu’aux enfants de l’école Montesori ont été expulsés sans préavis et sommés de trouver illico-presto un autre lieu pour leurs activités.

ecotopia 2

ECOTOPIA n’est pas un terrain vague squatté par quelques marginaux : il s’agit d’un lieu privé occupé par une association ayant pignon sur rue. Toute personne ayant un jour mis les pieds là-bas n’a pu qu’être épaté par ce lieu unique et ce qui s’y passe. Dans un cadre merveilleux, sans subventions, des citoyens construisent là un nouveau monde : une école à pédagogie active centrée sur la nature, des artistes, un GAC (Groupe d’Achat Commun de produits locaux), des jardiniers amateurs, une coopérative (la SCRLFS Les Compagnons de la terre) qui produit en agroécologie, des fêtes, des rencontres, des stages pour enfants : quelle commune ne rêverait pas d’avoir sur son territoire un tel foisonnement, une telle richesse humaine et culturelle ?

ecotopia

Dans son arrêté de police ordonnant aux ASBL Ecotopia et Montesori de fermer le site dans sa totalité, d’en interdire la fréquentation tant intérieure qu’extérieure, la bourgmestre prétend agir pour protéger les citoyens (« mise en péril de la sécurité publique »), arguant du refus d’une régularisation urbanistique du site. Pour être précis, la bourgmestre note que « l’absence de décision envoyée dans les délais [par l’administration] équivaut à un refus ». Or ce dossier, suivi par Eric Furnemont, architecte mandaté par l’association, est en passe d’être clos (lien vers la lettre de l’architecte Furnemont). Depuis des mois, l’association s’est soumise à toutes les injonctions qui lui ont été faites pour se mettre aux normes ; un dernier et unique petit problème concernait une question d’égouttage entre-temps résolue. Malheureusement, et indépendamment de la volonté de l’association, ce dernier dossier semble avoir traîné entre deux bureaux de la Région Wallonne, occasionnant un refus du permis (absence de décision dans les délais).

Sur le fond, on est en droit de se demander en quoi un problème d’égouttage résolu sur un terrain privé peut bien menacer la sécurité des citoyens d’Esneux au point de pousser la bourgmestre à faire intervenir la police en urgence à peine trois jours avant la grande fête de la Saint Jean, organisée ce dimanche 21 par ECOTOPIA ? Nous restons perplexes face à cette soudaine mise à la rue d’enfants qui jouent et apprennent avec la nature, d’artistes, et de citoyens qui cultivent des légumes bio.

La Ceinture aliment-terre liégeoise tient à marquer son soutien et sa solidarité à l’association ECOTOPIA, à la SCRLFS les Compagnons de la Terre, au GAC de Tilff, aux enseignantes et aux enfants de l’école Montesori, ainsi qu’aux nombreux citoyens d’Esneux et de la région liégeoise qui jusqu’ici pouvaient profiter de ces lieux en toute quiétude.

La bourgmestre d'Esneux expulse manu militari par la police un endroit privé, enfants, adultes tout le monde est dégagé…

Posted by Pacifique FM – Officiel on dimanche 21 juin 2015

La Semaine des Savoirs à partager, un quartier en fête ! Du 6 au 10 juillet au quartier Saint-Julien à Ath

Depuis plus de 20 ans, des volontaires, issus de la Commission de Lutte Contre l’Exclusion Culturelle (CLEC) de la Maison Culturelle d’Ath, organisent chaque été une semaine d’ateliers : La Semaine de l’Avenir partagé, renommée depuis peu La Semaine des Savoirs à partager. Cette année, c’est le quartier Saint-Julien qui sera investi du lundi 6 au vendredi 10 juillet de 14h à 17h (14h30 le jeudi). Au programme : rencontre, échange de savoirs et ateliers créatifs pour les enfants et les adultes. Une semaine d’activités sympathiques et totalement gratuites, à partager en famille ou entre amis !

semaine partagée (13)©Miland

Porté par les habitants du quartier et ceux des alentours, ce projet permet à chacun de partager son ou ses savoir-faire. Aux côtés des membres de la CLEC et d’associations locales (bibliothèque, ludothèque, Amosa, etc.), les riverains proposent, en toute simplicité, des ateliers pour tous. Voisins et voisines, passants et passantes, tous sont au rendez-vous : Brigitte de la rue du Mouton propose un atelier floral, Kim de la cour du Prince de Condé anime des parties de jeux de société, Christine de la rue de Pintamont et sa bande de copines créent des colliers en tricotin, …, l’un donne de l’eau et de l’électricité, l’autre prête son garage… et la semaine se construit au fil des moments et au gré des rencontres.
En plus cette année dans le cadre de la Triennale de l’Art et du Végétal, un potager-artistique avec des cagettes sera réalisé par et pour les gens du quartier.
Enfin, la semaine se termine par une présentation des réalisations des ateliers, en photos, dessins, musique ou encore en théâtre.

Les personnes qui souhaitent participer et proposer un atelier sont invitées à contacter Marie de la MCA au 068 26 99 99 ou msimard@mcath.be. Ou simplement venir à la rencontre des organisateurs lors du goûter organisé le mercredi 1er juillet entre 14h et 17h derrière l’église Saint-Julien.

Quartier Saint Julien à Ath çà va bouger à l'été.

Posted by Pacifique FM – Officiel on lundi 15 juin 2015

Activité des Cercles des Naturalistes de Belgique à Léaucourt ( Pecq )

leaucourt

Cercles des Naturalistes de Belgique Section Tournaisis

Dimanche 21 juin 2015

Etymologie de la faune et de la flore
léaucourt1

Rdv : 09h30
La Maison de Léaucourt
Chemin des Etangs 12a
7742 Hérinnes

PAF : 2€ ou 5€/famille

Inscriptions auprès du guide : Edwige Colin – 069/58-06-13 ou lamaisondeleaucourt@skynet.be

Léaucourt et le Cercle des Naturalistes de Belgique en activité le 21 juin.

Posted by Pacifique FM – Officiel on vendredi 12 juin 2015