L’opposante birmane Aung San Suu Kyi s’est dite confiante dans sa victoire mais a appelé ses partisans à la patience lundi. « Nous gagnons avec plus de 70% des sièges à travers le pays. Mais la commission électorale n’a pas encore annoncé les résultats », a déclaré Win Htein, porte-parole du parti. Avant, c’était Aung San Suu Kyi elle-même qui s’était adressée à ses partisans, depuis le balcon du siège du parti. « Je pense que le peuple a déjà une idée des résultats même si je ne dis rien », a-t-elle déclaré. « Ce n’est pas encore le moment de féliciter nos candidats », même si « nous pensons qu’ils ont gagné ».

Des résultats attendus dans l’après-midi

Les résultats officiels pourraient tomber dès ce lundi après-midi. Les seuls chiffres officiels disponibles lundi matin étaient ceux de la participation, estimée à quelque 80% des plus de 30 millions d’électeurs. Le président par intérim du parti au pouvoir en Birmanie a reconnu ce mation la défaite face au parti de l’opposante et prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi aux premières élections libres organisées depuis 25 ans en Birmanie. « Nous avons perdu », a déclaré Htay Oo, président par intérim du Parti de l’union solidaire et du développement (USDP). »Nous allons devoir trouver pourquoi nous avons perdu », a déclaré Htay Oo, un proche du président Thein Sein.

Si les ex-généraux au pouvoir depuis 2011 s’affichent comme des réformateurs et promettent de respecter le résultat des urnes, les signes de crispations se sont multipliés, avec en amont du vote des arrestations de meneurs étudiants, des centaines de milliers de musulmans privés de droit de vote, un vote anticipé obscur et le scrutin annulé dans des régions en proie à des conflits armés ethniques.